Vous lisez actuellement
Il façonne des guitares !
Sombre Clair

Il façonne des guitares !

Fabienne Huet

Dans son atelier agéen, Thibaud Mignon crée des guitares électriques, lapsteel et autres cigar-box avec les bois de nos forêts. Cet autodidacte a plus d’une corde à son luth.

Ses guitares, cigar box et épinette des Vosges sont encore visibles jusqu’au 10 septembre dans la vitrine de « La Lunetterie Champenoise » à Reims. De petites merveilles fabriquées par cet artisan marnais formé sur le tas, qui rêve que des gloires locales, Fred Chapellier, ou encore le groupe Natchez, face appel à ses talents. Thibaud et ses parents habitaient rue Georges Clémenceau à Aÿ en 2010,  lorsqu’un incendie a entièrement brûlé leur maison. 

Des guitares qui ne laissent pas de bois.

Lors de ce drame, sa première guitare électrique, son Ukulélé et ses trois violons sont réduits en cendres. Faute de moyens, le musicien s’est mis à chercher des instruments en mauvais état dans les brocantes, pour les retaper. « J’ai appris à les réparer, puis petit à petit à en fabriquer ».  La famille réinstallée à Epernay, le jeune homme poursuit ce qui est devenu une de ses passions, tout en continuant à se former à la pâtisserie. L’envie de créer, toujours. Il rend visite à des luthiers, se documente sur les forums, sur la Toile, sur les réseaux sociaux. Il s’installe enfin comme luthier en décembre 2013, il y a 7 ans, et ne désespère pas d’en vivre complètement un jour.

Une autre expo

Thibaud a acquis un savoir-faire sur le tas.

Pour ses guitares, Thibaud travaille des bois locaux ou de récupération. « Du chêne, du cormier, du frêne, du noyer, du robinier… » Puis il joue de ses instruments à lui, scie à ruban, dégauchisseuse, perceuse à colonne, manie le ciseau. Il lui faut 3 mois minimum pour fabriquer la guitare de vos rêves, avec des finitions fines qui laissent vivre l’instrument dans le temps. « Je n’utilise pas de vernis polyuréthane mais de la gomme laque ou vernis au tampon, qui laisse respirer le bois, ou du huilé-ciré à la cire d’abeille et à l’huile de lin, de la lasure à base de bière » précise ce puriste. L’esthétique ne cède rien à la technicité. Thibaud teste et choisit les micros des guitares électriques dans le sud de la France ou en Amérique, et les bois en fonction du son demandé par le futur acquéreur. Que l’on joue du jazz ou du rock, il s’adapte au style du futur propriétaire, selon qu’il souhaite plus de basses ou plus d’aigus. Samedi 10 octobre, quelques unes de ses créations seront exposées au Comptoir de Mathilde à Epernay. 

– Thibaud Mignon, luthier 
jdpproject@gmail.com 
Tél. : 06 09 04 13 20

What's Your Reaction?
Top !
0
Wahou
0
J'aime
0
Hmm
0
C'est fou
0

News'mag © 2020. Réalisé par Hachetag - Agence de communication Reims

Retour en haut