Vous lisez actuellement
Le monde dans l’objectif
Sombre Clair

Le monde dans l’objectif

Fabienne Huet

Ancien chef-urgentiste, Jean-Michel Korach a fait 32 fois le tour de la terre avec ses boîtiers photo. Des émotions à partager lors d’une importante exposition à l’Abbaye de Vinetz en 2021.

Une H’mong au Laos.

Initié par son père à la photographie lorsqu’il était enfant, Jean-Michel Korach balade depuis 50 ans ses appareils aux quatre coins du monde, passant de l’argentique au numérique. Pas de quoi donner le tournis à cet ancien chef de service réanimation au centre hospitalier de Châlons-en-Champagne. À 72 ans, il  fait partie de la réserve sanitaire à « Santé publique France » depuis 2017. Volontaire et mobilisable par l’État, la RS vient en renfort lors de situations sanitaires exceptionnelles. Il a d’ailleurs attrapé la Covid lors des 4 missions effectuées cette année. « Deux mois difficiles » résume-t-il sobrement.

À Melbourne.

Loin des clichés

Pendant sa vie professionnelle, Jean-Michel Korach a su concilier ses deux passions en tournant des films de cinéma d’enseignement médical présentés dans des festivals internationaux médicaux.  « En intégrant une assistance médicale internationale à ma retraite, j’ai fait 32 fois le tour de la terre en dix ans » dit-il. « Cela m’a donné un peu de matière à photographier ». En ce moment il expose dans le cadre de l’association « Art Vivant » et cet été, 35 de ses clichés étaient présentés à l’Office de Tourisme. Si malgré cela, vous l’avez raté, sachez qu’il prépare une importante exposition personnelle 2021 à l’Abbaye de Vinetz en 2021, où il accrochera entre 70 et 100 tirages grand format raisin 50X65. « Il y aura beaucoup de portraits inhabituels, très expressifs, qui traduisent une humanité, déclenchent l’émotion et  des instants exceptionnels » commente le photographe. Chaque photo, souvent en noir et blanc, sera légendée et vendue sous blister. Jean-Michel Korach réalisera un recueil rassemblant toutes les photos commentées : toujours ce besoin de partager. « Les photos sont faites pour ça, pour faire découvrir aux autres ce qu’il se passe à l’autre bout du monde ». S’il a toujours évité les zones de conflit, il lui est arrivé de se trouver dans des situations difficiles. « Je suis tombé un jour sur une cérémonie religieuse chiite à Bahreïn, avec des coups de sabre dans la figure. Je n’avais pas prévu de voir ça. J’ai fait deux photos et je suis parti en courant ». En mars prochain, il s’envole pour la Polynésie. Ce devrait être moins risqué.

www.jmkorach.photo

What's Your Reaction?
Top !
0
Wahou
0
J'aime
0
Hmm
0
C'est fou
0

News'mag © 2020. Réalisé par Hachetag - Agence de communication Reims

Retour en haut