Vous lisez actuellement
L’Opéra au Palace
Sombre Clair

L’Opéra au Palace

Fabienne Huet

Le cinéma Le Palace nous emmène à l’Opéra National de Paris pour voir de grandes œuvres de ballets et d’opéras. Une programmation de qualité dans des conditions optimales.

La Tosca, Faust, Notre-Dame de Paris : depuis septembre le Palace a repris les diffusions de l’Opéra National de Paris en association avec ce prestigieux établissement, pour la 5e saison. « Il y avait cette envie de faire des propositions supplémentaires, et le fait est qu’il y a des habitués » se félicite Daniel Castaner, directeur du Palace. « Des passionnés d’art lyrique viennent les voir tous ! ».

L’Italienne à Alger, un des fleurons de l’opéra bouffe à la napolitaine.

La saison dernière a été perturbée par la Covid, cette année 2020-2021, 10 propositions sont offertes le jeudi soir. « On s’arrange toujours pour ne pas avoir de double programmation avec le Salmanazar, lequel ne programme pas d’opéra ni de ballet ». Cela permet d’avoir une offre pertinente. 

Dix représentations

Les opéras sont en version originale sous-titrée en français. Daniel Castaner souligne le petit plus :  « la présentation de l’œuvre par Alain Duault, musicologue spécialisé en art lyrique, animateur de télévision et de radio, pendant l’entracte. C’est à la fois une explication de texte et une interview que l’on n’a pas à L’Opéra. »

Tous les ballets sont présentés par Aurélie Dupont, ex danseuse étoile et Directrice de la Danse de l’Opéra National de Paris. Autre avantage indéniable, à 25 € l’entrée plein tarif, c’est « douze fois moins cher qu’à l’Opéra » assure le directeur du Palace. 

Voir aussi

Cette saison, parmi les 10 représentations, il y a l’Opéra Bouffe « L’Italienne à Alger » de Rossini le jeudi 15 octobre avec l’ensemble Matheus et les Chœurs Philarmoniques de Vienne. L’opéra « Tosca » de Puccini le 19 novembre avec l’orchestre et les chœurs du Teatro alla Scala de Milan. Le ballet « Play », chorégraphie d’Alexander Eckman le 17 décembre. L’opéra « Orfeo ed Euridice » de Gluck le 21 janvier. « Aïda » de Verdi le 18 février. L’opéra « Faust » de Gounod nouveau spectacle le 25 mars. « Notre-Dame de Paris » de Roland Petit le 27 avril. Les ballets « Le Parc » d’Angelin Preljocai le 20 mai et « La Dame de pique » de Tchaïkovski le
3 juin. Pour le plaisir.

– 25 €, moins de 18 ans, étudiants et chômeurs : 18 €.
Réservations aux caisses et sur le-palace.fr

What's Your Reaction?
Top !
0
Wahou
0
J'aime
0
Hmm
0
C'est fou
0

News'mag © 2020. Réalisé par Hachetag - Agence de communication Reims

Retour en haut