Vous lisez actuellement
La Ville fait son lit
Sombre Clair

La Ville fait son lit

À l’instar de celui de Nantes, l’ancien palais de justice d’Epernay va-t-il devenir un hôtel de luxe ? Pour un 2e hôtel sur le Jard, les candidats rendront leur copie au plus tard le 5 mars.

L’esplanade Charles de Gaulle va changer de physionomie en redevenant un jardin public avec un parking souterrain de 360 places. Les analyses techniques débutent ce mois-ci. L’offre en hébergements va faire un bond en avant. Un hôtel de milieu de gamme devrait voir le jour à gauche de la sous-préfecture en 2023. « Cinq grands groupes ont remis leur projet » annonce Franck Leroy, maire d’Epernay. « Sélectionnés sur références, ces constructeurs régionaux et nationaux sont des pros, qui connaissent l’hôtellerie et ont des accords avec des groupes hôteliers » poursuit-il. « Le conseil municipal choisira le promoteur sur des critères d’esthétisme, de positionnement économique et d’aménagement du site, au printemps. »

L’ex-palais de justice de Nantes transformé en hôtel 4 étoiles dans les années 2010. © François de Dijon – Wikipédia.

Comme à Nantes

« Le premier palais de justice devenu un hôtel de luxe en France, est celui de Nantes » signale Franck Leroy, avec 142 chambres et une facture de plus de 30 M € de travaux. Le même projet avec extension du bâtiment dans la cour intérieure (ville) et parking souterrain est sur les rails. « Le compromis de vente au profit d’AZA (exploitant de La Villa Eugène) et la SOMIFA devenu caduc, l’hôtelier n’ayant pas réuni les 2 160 000 € (1,4 M € pour le Département et 760 000 € pour la ville), les négociations sont menées par la SOMIFA, promoteur immobilier filiale du Groupe Fayat, 4e groupe de BTP français », (délibération du conseil municipal de janvier). Le prix des parcelles a été revu à la baisse, au grand dam de l’opposition municipale. Un avis des Domaines du 22 octobre 2020 estime la valeur vénale de l’ensemble immobilier à 1 635 000 €, avec une marge de négociation de 20 %. « L’objectif est de le vendre à un aménageur pour un projet immobilier » rappelle le maire, « cela nécessite de gros frais de transformation ». La SOMIFA cherche un nouveau partenaire, intéressée par l’environnement et la perspective du futur Jard. Elle a effectué de gros travaux d’analyse des bâtiments et de leur potentiel et fait une offre de 1 512 000 € (980 000 € département, 532 000 € ville). Cette proposition, dont la durée de validité était fixée au 28 février sous certaines conditions, devrait être prolongée selon une source proche de la SOMIFA. « Le foncier ne permet pas de faire plus de 60 chambres. Si demain quelque chose se fait, ce sera dans la gamme d’un 4 étoiles avec piscine, pour rentabiliser. Si le projet avait un parfait équilibre financier, ce serait déjà fait ». On croise les doigts.

What's Your Reaction?
Top !
0
Wahou
0
J'aime
0
Hmm
0
C'est fou
0

News'mag © 2020. Réalisé par Hachetag - Agence de communication Reims

Retour en haut