Vous lisez actuellement
Un Fragonard dans le salon !
Sombre Clair

Un Fragonard dans le salon !

En effectuant un inventaire de succession dans la Marne, le commissaire-priseur Antoine Petit a reconnu un chef d’œuvre de Fragonard, peintre du XVIIIe siècle, estimé de 1,5 à 2 millions d’€.

Antoine Petit en 1987 à ses débuts.

Maître Antoine Petit va pouvoir fêter en juin prochain ses 40 ans de marteau de la plus belle façon, pour quelqu’un qui aime trouver des pépites. En janvier dernier, l’œil exercé du commissaire-priseur d’Epernay, appelé par un notaire de la Région pour un inventaire de succession dans la Marne, remarque « un tableau de forme ovale, dans le salon d’un appartement de caractère, accroché très en hauteur et qui m’a tout de suite attiré » raconte-t-il. « Pour les propriétaires des lieux, ce n’était pas une toile importante, le tableau était dans la famille depuis des générations et personne n’y avait jamais accordé d’intérêt ». Antoine Petit décide de le décrocher pour l’examiner de plus près. « La touche du peintre est manifestement experte, ses coups de pinceau extrêmement francs » remarque-t-il. En tournant le tableau, il décrypte au revers du cadre, une inscription ancienne à l’encre, peu lisible : « Fragonard ». La mention et la qualité de la composition étaient jusqu’ici passées inaperçues des propriétaires.

Le commissaire Priseur fêtera ses 40 ans de marteau en juin.

Un chef d’œuvre sauvé de l’oubli

Confié au Cabinet Turquin à Paris, spécialisé dans l’expertise des tableaux anciens, avec lequel il travaille depuis 30 ans, « Un philosophe lisant »  est authentifié, il avait disparu depuis 200 ans.  Les experts en sont sûrs, il est bien de Jean-Honoré Fragonard, artiste emblématique du XVIIIe siècle. Il l’a même réalisé au sommet de son art, dans les années 1770, dans sa période picturale la plus virtuose. «  Âgé de 40 ans, l’artiste s’octroie une grande liberté dans l’exécution de ses toiles. Ses coups de pinceau sont rapides, sûrs, expressifs, montrent le plaisir pris à peindre. Fragonard réalise 9 portraits d’hommes mûrs avec le thème de la lecture, auquel vient s’ajouter ce « Philosophe lisant, dans un parfait état de conservation ».

Un « philosophe lisant » lumineux qui n’a pas échappé à l’œil du professionnel. © Photos Christian Baraja.

Une autre version avec variantes de ce sujet est conservée à la Kunsthalle de Hambourg. « Très rares sur le marché, les œuvres réalisées au cours de cette période sont les plus recherchées par les collectionneurs » relève Maître Petit. Cette découverte témoigne du rôle essentiel du commissaire-priseur pour sauver des trésors de l’oubli. Le Doyen des commissaire-priseurs de l’Est en exercice, Antoine Petit, fêtera ses 65 ans et ses 40 ans de marteau en présentant le samedi 26 juin aux Enchères Champagne d’Epernay, avenue Foch, ce tableau de 45,8X57 cm estimé de 1,5 à 2M d’euros. Un beau coup de projecteur aussi pour notre Epernay et sa Région.

Des coups de pinceau rapides, sûrs, expressifs.
What's Your Reaction?
Top !
0
Wahou
1
J'aime
0
Hmm
0
C'est fou
1

News'mag © 2020. Réalisé par Hachetag - Agence de communication Reims

Retour en haut