Vous lisez actuellement
Rencontre avec Monsieur Claude Giraud
Sombre Clair

Rencontre avec Monsieur Claude Giraud

Dans un monde qui s’ouvre à nouveau, nous sommes allés à la rencontre de Claude Giraud, client et ambassadeur de la concession Reims British Cars, reconnu comme l’un des bâtisseurs de la Champagne moderne. Nous avons souhaité partager ce moment au cœur du domaine Henri Giraud. 

Claude Giraud et le Nouveau Defender devant le manoir Henri Giraud.

Monsieur Claude Giraud bonjour, comment êtes-vous devenu l’un des précurseurs du renouveau de la Champagne ?

« J’avais un père exceptionnel qui avait vécu la Guerre, la Résistance et la déportation … J’étais un jeune homme qui se cherchait peut-être dû au manque d’affection de mon père qui n’en avait plus. Je suis entré en Seconde viti-oeno à Beaune, mais je n’y suis resté qu’un an. Mon père m’a donc embauché en tant qu’aide familiale pour me former, c’est en travaillant que j’ai découvert la vigne et le vin, comme on dit « l’appétit vient en mangeant ». Lorsque j’ai commencé à prendre confiance, ma grand-tante m’a donné l’arbre généalogique de la famille, à ce moment j’ai réalisé que j’avais un rôle à jouer. Par la suite j’ai repris l’école et j’ai pris conscience du courage de mon père qui en plus de son travail d’instituteur produisait 100 000 bouteilles lorsque d’autres en produisaient 30 000 et j’ai compris que j’avais loupé quelque chose… »

C’est comme ça que la Maison Henri Giraud est née ?

« C’est une longue histoire ! Ma famille, la famille Hémart est présente à l’État-Civil d’Ay, depuis 1625. Le clergé a fait de François Hémart un viticulteur en lui offrant des terres alors qu’il était métayer. Par la suite, la famille a développé son champagne jusqu’au phylloxéra où elle parviendra à conserver une partie des vignes grâce à leurs efforts. À la suite de la Première Guerre, mon grand-père Léon Giraud, époux de Madeleine Hémart et cheminot de métier, a régénéré les vignes de la famille suivi de mon père qui a commencé à champagniser en plus de son travail d’instituteur. Lorsque j’ai pris la présidence en 1992 de la Maison, je me suis inspiré de mes ancêtres : humilité, curiosité, esprit scientifique. L’aboutissement étant l’entrée sur le marché haut de gamme. »

Si vous deviez choisir une seule et unique cuvée, laquelle serait-ce et pourquoi ?

« C’est l’emblème de la maison, la cuvée disruptive : la cuvée fût de chêne… Lorsque j’ai pris conscience de l’histoire de ma famille, cela m’a donné beaucoup de responsabilité. Je me suis alors engagé pour le renouveau de la Champagne, les paroles ne suffisant pas, il faut faire !J’ai lancé cette cuvée à partir du Millésime 1990, qui était exceptionnel : Aÿ grand cru, pinot noir, vinification en fût de chêne ! Les grands piliers qui ont fait le champagne au XVIIème siècle. C’est d’ailleurs la cuvée offerte aux acquéreurs de nouveaux véhicules chez RBC n’est-ce pas ? »

Le manoir : emblème de la Maison Henri Giraud.

Vous êtes l’ambassadeur de la concession Jaguar Land Rover à Witry-Les-Reims, quelle est votre relation avec Reims British Cars ?

« C’est une relation de confiance. Pour faire du grand vin il faut toujours se rappeler que le grand vin, c’est de l’émotion, de la création, et pas uniquement de la technique. Oui, la vigne est la condition sine qua non mais la suite c’est de l’art. Je ne suis pas un artisan, je suis un créateur, pour cela j’ai besoin d’outils et de services fiables et modernes en permanence pour être libéré et travailler et je pense que RBC et les marques qu’ils représentent sont sûres. Ça c’est la première chose. Ensuite, c’est une question d’environnement, quand on est ici et qu’on regarde autour de nous, on a compris que pour faire des grands vins il faut être dans un environnement propice. Une voiture est un outil qui contribue à cet environnement sûr et beau. La beauté est importante, la beauté c’est dans le détail et on fait attention au moindre détail. Et RBC fait partie et ce n’est pas qu’un détail, de cet environnement nécessaire pour nous. De plus, nous avons des valeurs communes de travail, de famille, de curiosité des gens et des choses… Il y a énormément de choses qui nous lient et ce sont tous ces détails qui confortent une relation. »

En tant que créateur d’émotion, quels seraient les codes de la voiture de luxe dans 10 ans selon Claude Giraud ?

Voir aussi

« Je ne sais pas, en plus je ne suis pas un passionné de voitures, j’aime le confort, les belles voitures, mais je ne pose pas de telles questions, je regarde ça de loin. Pour le vin en revanche, je sais d’où je pars et où je vais, nous travaillons sur des cuvées qui feront un tabac dans 10 ans, mais une chose est sûre c’est que le luxe c’est toujours un assemblage d’histoire et de modernité. Donc quelle sera la voiture de demain ? Je ne maitrise pas, je vous fais confiance ! »

Cuvée « Hommage » vieillie en fût de chêne.

Et s’il y avait une dernière question qu’on ne vous a pas posée, laquelle serait-ce ?

« Je me pose beaucoup de questions dont certaines sur l’automobile… L’énergie est une question importante, mais ce qu’on me propose aujourd’hui ne me satisfait pas, ce sont des réponses partielles et temporaires. Il y a toujours des limites et le plus important c’est d’essayer de répondre à ces limites. Centraliser les énergies n’est pas la solution, la solution serait de fournir de façon autonome de l’énergie à tous et cela on sait le faire, si on ne le fait pas c’est une question de pouvoir. »
« Merci pour ce moment, la prochaine fois je vous ferai découvrir le Manoir Henri Giraud ! »

Reims British Cars 
3 rue Rayet Liénart
51420 WITRY LES REIMS
Tél. : 03 26 97 17 75
[email protected]

What's Your Reaction?
Top !
0
Wahou
0
J'aime
0
Hmm
0
C'est fou
0

News'mag © 2020. Réalisé par Hachetag - Agence de communication Reims

Retour en haut