Vous lisez actuellement
Tous au resto !
Sombre Clair

Tous au resto !

Enfin ! boire un verre entre amis, se retrouver, savourer, papoter, prendre l’air ! La réouverture des terrasses a sonné comme une libération après des mois de fermeture. Nous n’avons jamais eu autant envie d’être dehors ! 

Une réouverture dans la joie et la bonne humeur. © Ville de Reims.

Depuis le 19 mai, les terrasses des cafés et restaurants sont ouvertes pour le plus grand plaisir des Français ! Ce jour là beaucoup de scènes ressemblaient à celles d’un soir de Coupe du Monde ou à un jour de Libération. Il faut avouer qu’après des mois de fermeture, cette envie de nous retrouver et de nous asseoir en terrasse n’avait jamais été aussi forte ! Personne n’y a échappé, pas même au sommet de l’État. 

Depuis le 9 juin avec un couvre-feu à 23 h, les restaurateurs peuvent accueillir  les clients pour le service du soir et aussi en intérieur. Une vraie bouffée d’oxygène pour cette profession lourdement impactée par la crise sanitaire. Bien évidemment, les contraintes existent toujours et des normes sanitaires strictes continuent de s’appliquer. La condition sine qua non pour que nous puissions en profiter tout l’été et bien après. 

Un symbole de notre art de vivre 

Un café en terrasse, un plaisir qu’il nous tardait de retrouver.

Il faut dire aussi que les terrasses ce sont un peu le symbole de l’art de vivre à la française. Souvent, les touristes en visite à Paris n’ont qu’une envie : s’installer à la terrasse du Café de Flore boulevard Saint Germain pour admirer l’église sur la place et observer la vie trépidante des parisiens. Nos terrasses ce sont aussi des symboles de la liberté. Et ce sont d’ailleurs elles qui ont été notamment visées lors des attentats sanglants de novembre 2015.

Car effectivement s’asseoir à une table, seul ou avec ses amis, est un plaisir. Boire son café, lire le journal, allumer sa cigarette et regarder la foule est un moment savoureux. Et oui, nous reprenons plaisir à faire ce qui était normal et qui faisait partie de la toile de fond de notre quotidien. Alors, philosophes, psychologues, tout le monde se penche sur la question. Que cela dit-il de notre état d’esprit post confinement ? Finalement ce qui est important dans ce que certains aiment à appeler « le monde d’après » ce n’est pas tant qu’il soit différent mais tout simplement que nous prenions le temps d’être attentifs à ce qui fait notre quotidien et d’en savourer chaque instant.

Pourquoi ces terrasses sont-elles si mportantes ? 

Pour certains anthropologues, la possibilité d’un verre au soleil n’est pas qu’une frivolité, bien au contraire. Ce qui nous obsède, c’est plutôt l’envie de retrouver une vie sociale. Aller sur une terrasse, c’est sortir de chez soi et de l’entre-soi que nous avons vécu ces derniers mois. Revoir ses amis, c’est une pulsion de vie. Car celle-ci a été mise à mal et nous avons vécu dans un climat d’anxiété, engendrant parfois dépressions, stress… 

Les terrasses, où l’art de voir et d’être vu

Le temps des retrouvailles entre amis pour partager un verre.

Les terrasses des cafés et des restaurants sont essentielles pour délimiter l’espace public de la ville ou du village. Du petit matin, jusque tard le soir (d’ici quelques semaines quand il n’y aura plus de couvre-feu), elles offrent la possibilité de ralentir, de faire une pause sans s’isoler. Les terrasses sont des refuges au cœur de l’agitation. Ce sont un peu les plages des villes et des villages ! C’est aussi l’endroit où se nouent les conversations, où l’on se retrouve hors de l’espace clos qu’est la maison pour échanger avec sa moitié, ses enfants, ses amis. Elle accentue notre côté contemplateur aussi. Regarder les autres passer, c’est là aussi un des plaisirs des terrasses.

Être à la bonne place, sur la bonne terrasse, pour certains c’est un réel enjeu. D’autres préféreront l’anonymat d’une petite terrasse excentrée pour le plaisir de feuilleter un magazine en solo. La terrasse dit aussi beaucoup de nous et de notre relation aux autres ! Pour certains, ce sera selfie obligatoire, pour d’autres la présence se fera plus discrète. Mais il est certain qu’après des mois sans, jeunes ou moins jeunes se sont pressés pour retrouver leurs endroits préférés.

Dans un pays épicurien où boire et manger est un art de vivre, la terrasse s’impose en reine ! Mais attention quand même, ce déconfinement a des airs de liberté conditionnelle car le protocole sanitaire reste strict notamment avec l’impossibilité de se lever et de consommer debout. Un moment d’effervescence oui, mais tout en restant prudent. 

Autre défi maintenant, retrouver aussi ses marques, la bonne manière de se confronter à l’autre, d’échanger, de se séduire aussi. Même si nous avons conservé nos liens via les réseaux sociaux et toutes les applications de type House Party, il s’agit de relations partielles. Nous devons retrouver l’autre tout en gardant à l’esprit qu’il est potentiellement contaminant ! 

Cette situation a pour conséquence ce que l’on appelle « le syndrome de la cabane » : un repli narcissique, un constat que l’on était bien dans ce confinement. Un constat d’autant plus vrai pour celles et ceux qui souffrent d’extrême timidité, qui ont un rapport à leurs corps complexe. L’absence de lien social ou d’obligations sociales a été vécue comme une délivrance, un moment d’apaisement pour certains. Mais cela ne concerne évidemment qu’une petite partie de la population, il y a quand même un besoin fou de se retrouver de manière festive pour réenchanter notre quotidien. 

S’isoler, un état d’esprit qui s’est développé pendant la crise sanitaire.

Terrasse en ville, à la campagne, il n’y jamais eu autant de monde dehors. Et si la météo est de la partie, l’été 2021 sera assurément celui de la délivrance et du plaisir retrouvé ! 

Comment je m’habille ? 

Papoter, rire, un plaisir simple mais indispensable.

Retrouver les terrasses des bars et restaurants, c’est aussi retrouver le plaisir de se préparer, de s’apprêter. A voir les tenues de soirée de certaines jeunes femmes le soir de la réouverture, nous avons bien perçu ce besoin de ressortir nos plus beaux vêtements après des mois en jogging ou autre vêtement d’intérieur. S’habiller comme pour une soirée même avec un couvre-feu c’est la nouvelle tendance !

Masque ou pas masque ?

À ce jour, la consigne est claire : port du masque lors des déplacements et jusqu’à ce que la commande soit servie. Dans les faits, on constate souvent que le masque tombe une fois installé à table… surtout en terrasse ! Avec l’ouverture en intérieur, il est important que chacun continue d’appliquer les gestes barrières et le respect de ces règles. Une condition sine qua non pour que l’autonome ne sonne pas le glas de la liberté retrouvée !

Après huit mois de fermeture, le secteur de la restauration et de l’hôtellerie était plus qu’impatient de voir les clients revenir. Mais aujourd’hui, ce secteur a besoin de bras ! Selon « Les Échos », 120 000 salariés du secteur de l’hôtellerie et de la restauration manquaient à l’appel à l’heure de la réouverture. Certains salariés placés en chômage partiel depuis maintenant six mois demeurent introuvables par leurs employeurs. « On estime que 100 000 salariés, pour diverses raisons, manquent dans les effectifs, affirme Hervé Becam, vice-président national de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH). Nous gardons espoir que le maximum d’entre eux ont en tête un retour massif vers nos métiers. »

La restauration, un métier difficile mais passionnant !

De nombreuses reconversions professionnelles ?

Cette estimation est celle d’une étude de plusieurs organisations patronales du secteur, destinée à mesurer « les impacts de la crise sanitaire sur les besoins en emploi et en compétences pour la branche CHR ». Parmi eux, certains ont pris la décision de changer de vie au fil de ces longs mois de fermeture, ont trouvé un autre emploi ou se sont lancés dans de nouvelles formations et vers des activités moins contraignantes, notamment au niveau des horaires.

Un secteur qui recrute

Ce qui implique évidemment qu’aujourd’hui le secteur recrute. En sondant les restaurateurs et cafetiers de la région, beaucoup ont en ce moment des places à pourvoir. En cuisine, en salle, à l’accueil, il existe de nombreuses opportunités. Bien évidemment, ces métiers ne s’improvisent pas mais il existe de nombreuses formations. C’est aujourd’hui un secteur avec de réelles opportunités pour les jeunes dès lors qu’ils sont animés de courage et d’envie de travailler. Avec l’extension des terrasses, il y aussi de nombreux jobs d’été comme serveur ou serveuse à saisir ! 

La voie de l’apprentissage 

Devenir serveur le temps d’un été, une bonne idée pour financer ses études ou partir en vacances.

La restauration offre de belles opportunités, notamment par la voie de l’apprentissage. Dans le métier, beaucoup de chefs, de restaurateurs sont passés par cette voie dès leur plus jeune âge (autour de 14 ans). Une manière idéale pour se former tout en commençant à travailler. L’apprentissage, c’est aussi la certitude d’avoir un emploi une fois diplômé. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site de l’ANAF (association nationale des apprentis de France).

Dans notre région aussi, l’heure est à la reprise et à l’effervescence. Après quelques semaines, les voix sont unanimes : les clients sont de retour ! Trop longtemps privés de sorties, les marnais retrouvent avec plaisir le chemin des bars et restaurants. 

Ces derniers mois, des établissements ont vu le jour, d’autres ont fait peau neuve, avec un seul leitmotiv : faire de l’été 2021 celui de la reprise. Bien évidemment, les touristes manquent encore à l’appel, hormis quelques frontaliers mais les marnais en manque de sorties ont très envie de profiter de chaque instant. Villes, collectivités, élus, union de commerçants, chacun essaie d’apporter sa pierre à l’édifice pour une saison placée sous le signe de l’espoir du retour à la normale. 

Un déjeuner en amoureux en terrasse, le bonheur !

Bien évidemment, les consignes sanitaires sont encore strictes. Demi-jauge, distanciation, carte sous la forme de QR code, autant de nouvelles normes à intégrer pour cette profession. Depuis le 9 juin, le protocole s’est assouplit et le retour des clients en salle permet aussi de faire face aux aléas météorologiques. Idem, il est désormais possible d’être sur une capacité d’accueil de 100 % en terrasse. Enfin, le 30 juin marquera la fin du couvre-feu et des restrictions, notamment la règle de 6 convives maximum par table. Néanmoins, chacun devra continuer à faire preuve de civisme pour que tout se passe de la meilleure manière possible !

Ce que nous aimons avec le concept de la terrasse, c’est qu’il en existe une multitude avec des styles différents et des ambiances plus ou moins animées. Bien évidemment, on choisit son restaurant en fonction de la carte mais aussi pour son identité. 

De la guinguette au bar d’hôtel chic

L’esprit guinguette, une ambiance dont raffole les Français depuis des décennies.

Entre besoin de verdure, de dépaysement total, d’intimité ou d’exposition, en plein soleil ou ombragé : il existe des lieux pour toutes nos envies. Tout comme les extérieurs de nos habitations sont devenus des pièces à part entière, les terrasses sont de vrais atouts pour les restaurants et les cafés, même dans nos régions où l’on peut douter de la météo. 

Plus à l’affût du moindre rayon de soleil, nous sommes mêmes plus enclins à nous précipiter en terrasse dès que cela est possible. Les propriétaires soignent donc tout particulièrement leurs espaces extérieurs : mobilier design, coloré, confortable et surtout adapté à l’ambiance qu’ils souhaitent donner à leur terrasse. Cosy, luxe, bohème, à chacun de trouver le lieu qui lui ressemble. 

Et dans l’assiette ? 

Tout ou presque peut se déguster en terrasse. Apéritifs improvisés autour d’une planche de charcuterie et de fromages, antipasti comme en Italie ou dîner fin à la lumière d’une bougie, il existe de multiples propositions. Pour accompagner cela, une coupe de champagne évidemment mais pas seulement ! L’été est aussi la saison idéale pour les piscines de rosé ou un cocktail bien frais. On trouve toujours le Mojito ou le Spritz, tous deux arrivés sur nos tables depuis quelques temps et toujours le petit nouveau de l’été dernier, le fameux Moscow Mule avec sa saveur de gingembre et son extrême fraîcheur.

La tentation du rooftop

Apparu dans toutes les capitales du monde il y a des années, le rooftop ou toit terrasse connaît toujours un fort succès. Souvent situés sur le toit des hôtels ou restaurants, ces lieux permettent de prendre de la hauteur et d’avoir le plus souvent une vue incroyable sur la ville et ses environs. On y boit un cocktail en ayant l’agréable sensation de toucher le ciel !

Le toit terrasse ou comment boire un verre en prenant de la hauteur.

Quant à la popularité des cocktails sans alcool ou à faible teneur en alcool, elle ne semble pas faiblir ! L’époque où le consommateur ne pouvait se contenter que d’un simple virgin mojito ou d’un jus de tomate est loin derrière nous. Les « mocktails » ont beaucoup évolué ces dernières années, en partie, grâce à l’arrivée des « spiritueux » sans alcool. 

Le Virgin Mojito, un des premiers cocktails sans alcool apparu sur le marché.

Ces infusions (parfois distillées) qui imitent l’alcool sont apparues sur le marché depuis quelques années. Depuis la fin de 2020, on commence à voir une plus grande variété de produits de différents producteurs, et ce, dans beaucoup plus de points de vente. 

La tendance des lieux éphémères

De plus en plus de lieux éphémères, parfois dans des endroits insolites voient le jour. Perchées sur les toits, nichées à la cime des arbres, posées au bord de l’eau, ces terrasses apparaissent le temps d’un été. Au fond d’une cour d’hôtel particulier, au milieu d’un bois, dans une friche, ces lieux suscitent curiosité et envie. Dans notre région, il en existe de nombreux, tant en ville que dans les villages voisins. Une tendance que l’on voit aussi fleurir dans le vignoble. Déguster la cuvée de la maison en plein air, dans les vignes, un luxe que beaucoup de touristes nous envient ! 

La terrasse, lieu de voyage immobile

Cet été 2021 sera particulier. Beaucoup d’entre nous ont fait ou feront le choix de rester en France. C’est aussi pour cela que la terrasse vient combler nos envies d’ailleurs. Pieds dans le sable, murmure de l’eau, transat ou chaise longue, certains rivalisent d’ingéniosité pour nous faire voyager depuis notre fauteuil. Bien sûr, cela ne remplace par une plage du bout du monde mais cela permet de nous évader pour un instant. Fermez les yeux, respirez, vous voilà bien loin du quotidien ! 

La sensation d’être en vacances sans quitter sa ville.

Bien évidemment, tout l’été nos villes et villages vont s’animer pour nous donner encore plus l’impression d’avoir changé d’environnement. Un pari de plus en plus crucial pour nos territoires afin d’attirer les locaux mais aussi les touristes tant attendus.

Pour Reims et le Grand Reims, ce retour à la normal était plus qu’attendu. Dès les premiers jours, une campagne d’affichage très remarquée invitait les habitants à retrouver leurs terrasses préférées ! On a aussi vu fleurir dans la ville des fanions colorés pour matérialiser les rues dans lesquelles se trouvent de nombreux restaurants. C’est donc dans un esprit festif que la reprise a eu lieu même si la météo des premiers jours est venue compliquer le scénario. Certains restaurateurs se servaient alors de leur fil d’actualité Facebook pour informer les clients de la tenue ou non du service. 

Le retour des terrasses sur le parvis de la Cathédrale de Reims.

Depuis, la météo est moins capricieuse, les équipes se sont rôdées et l’on assiste à moins de débordements que les premiers jours. En cœur de ville mais aussi sur d’autres artères comme la rue Chanzy, la rue Gambetta, nous avons vu apparaître des terrasses pour le plus grand bonheur des clients. En quelques jours, le petit déjeuner est devenu le nouveau dîner et il est de bon ton de se donner rendez-vous à 8h du matin pour un café. 

Pour les équipes, les journées sont longues mais le plaisir de retrouver ses clients n’a pas de prix. On voit aussi une tendance forte : celle de l’apéritif en mode Afterwork, vers
18 heures. Comme pour rattraper le temps perdu ! Une joie de vivre qui fait plaisir à voir et qui donne à la ville des airs de vacances à n’importe quelle heure de la journée ! 

Marie-Inès ROMELLE Adjointe au maire, déléguée au commerce et à l’artisanat.

« Après les annonces gouvernementales, c’était du jamais vu en terme de demandes pour les terrasses. Avec une commission terrasse par semaine, la reprise a été intense pour les équipes. Nous instruisons une vingtaine de dossiers à chaque fois : des renouvellements, des créations et des demandes de terrasses pérennes. 20 % des demandes sont reportées, plus rarement refusées. Nous faisons beaucoup de pédagogie car au-delà de la demande, nous réfléchissons surtout à la sûreté des clients et des Rémois. Une terrasse ne peut pas être installée n’importe où, n’importe comment. Le bilan après quelques semaines ? Les restaurateurs et les commerçants sont heureux de cette reprise. Les clients sont vraiment au rendez-vous. Pour les chefs d’entreprise qui, après cette période difficile auraient besoin de soutien psychologique, la Ville s’est rapprochée du dispositif APESA 51 qui vient en aide aux entrepreneurs. Une autre manière de les aider aussi lors de cette reprise. »

Entre café du matin, brunch du dimanche ou verre en fin de journée, les Rémoises et les Rémois sont aux anges ! Avec la fin des cours, la fin du bac et des examens, il est évident que les rues de la ville vont continuer de s’animer à toute heure du jour et de la nuit. Que vous soyez plutôt parvis de la Cathédrale, roof top ou fond de cours, la ville est truffée de belles adresses. Plutôt que d’en dresser ici une liste exhaustive, quoi de mieux que de vous inviter à flâner, sortir et découvrir l’adresse qui deviendra votre repère préféré !

Reims et la chrono-piétonnisation

Parallèlement au dispositif pour les terrasses, sur certains axes du centre-ville, des zones piétonnes ont été mises en place depuis le 21 mai, du vendredi à 19 h au dimanche après la fin du service. Un dispositif qui devrait exister jusque fin août. L’occasion pour les Rémois et les touristes de retrouver le plaisir de flâner et de s’installer en terrasse. Au total, une vingtaine de rues sont concernées avec principalement l’ajout de la rue Saint-Maurice dans le dispositif par comparaison avec l’année 2020. Une concertation est en cours pour arrêter définitivement le périmètre de la chrono-piétonisation. 

Serveurs masqués et clients satisfaits ! © Ville de Reims.

Revers de la médaille, on assiste parfois à des embouteillages dans les rues de la ville le vendredi en fin de journée notamment. Les automobilistes non informés essayant de se garer au plus près de leurs établissements préférés se trouvent coincés dans les bouchons. Au fil des semaines et avec une diffusion plus large de l’information, le trafic tend néanmoins à se fluidifier.

En 2020, le dispositif des terrasses destiné à soutenir les commerçants a représenté un manque à gagner de 345 000 € pour la Ville. En effet, dès le mois de mai 2020, la ville de Reims avait facilité l’extension, ou la création de terrasse à titre exceptionnel, temporaire (jusqu’au 31 août) et gratuit. Le conseil municipal du 4 mai 2020 avait voté l’exonération de toutes les modalités d’occupation du domaine public, dont les terrasses, sur une période de
6 mois de mars à août 2020. Au total, les services de la ville de Reims avaient instruit 55 extensions de terrasses. 

Bon à savoir…

Avant la pandémie, le coût demandé par la ville de Reims pour l’installation de terrasses était le suivant, sachant que le tarif dépend du secteur d’implantation :  pour une terrasse couverte entre 129,60 € et 249,60 € le m2 par an, pour une terrasse découverte entre 10,85 € et 54,40 €.

Président des Vitrines de Reims / cliché : vincentzenon.com

« Cette reprise, c’est de la folie. C’est tous les jours la Fête de la Musique ! Les clients ont vraiment joué le jeu. Nous avons une multitude de témoignages d’encouragement, de la bienveillance, quel que soit l’âge. En 35 ans de métier, je n’avais jamais vu ça ! Tout cela, nous le devons aux Rémoises et Rémois qui sont au rendez-vous comme nous l’espérions. Les équipes sont à pied d’œuvre, courageuses, et surtout hyper heureuses. Les restaurants et les bars ont été et sont toujours de bons élèves dans l’application du protocole sanitaire. Nous l’étions déjà en juin dernier, alors forcément cette longue fermeture a été un choc pour nous tous. Maintenant, nous espérons que septembre ou octobre ne nous amènent qu’une vaguelette et non une reprise forte de l’épidémie. Aujourd’hui, le point noir de cette reprise c’est le personnel. Ces 200 jours à la maison ont provoqué un vrai changement de mentalité au niveau professionnel. C’est aussi notre faute à nous les employeurs de n’avoir pas suffisamment valorisé ce métier et nos équipes parfois. Résultat, beaucoup préfèrent se tourner vers des voies moins chronophages que la nôtre. Il y a maintenant un gros travail à faire pour faire revenir des salariés. »

Du côté d’Epernay et son agglomération, de nombreux dispositifs ont été mis en place. Comme chez ses voisines, les professionnels sont exonérés de redevance terrasse et ce pour toute l’année 2021 (comme en 2020). Cela représente une perte de 130 à 140 000 € pour la Ville mais là encore, il est vital pour la municipalité d’apporter son soutien à une profession qui contribue largement au rayonnement et au dynamisme de la ville.

Un soutien nécessaire de la municipalité pour accompagner la reprise de nos restaurateurs.
Mustapha KARIM – Adjoint chargé du Développement numérique, du Commerce et du Stationnement.

« Depuis le début de la crise sanitaire, la Ville a été extrêmement présente. Nous avons notamment permis l’ouverture de terrasses éphémères pour faire en sorte qu’il y ait plus de mouvement et donc permettre aux commerçants de faire plus de chiffre d’affaires. En maintenant le contact avec l’ensemble des établissements, et en anticipant la reprise dès janvier, 12 terrasses étaient prêtes avant la réouverture. Il y en à ce jour 23. On peut dire que le pari est gagné ! Bien sûr, cela ne viendra pas compenser les pertes mais cela permet de redonner du souffle à une profession lourdement touchée. L’exonération de la subvention terrasse est aussi une vraie respiration. Nos interlocuteurs sont ravis de cette initiative. »

La Communauté d’Agglomération d’Epernay Champagne vient de son côté de lancer le Resto Chèque à l’image du Sparna Chèque imaginé cet hiver pour relancer le commerce. « Notre objectif est bien d’accompagner la relance économique » souligne Luc Scherrer, son Vice-Président en charge du Développement Économique. 

Le Resto Chèque pour soutenir l’économie locale.

« Ce dispositif a été lancé le 9 juin sur les 47 communes que compte l’agglomération. Il va durer 4 mois. 17 000 chèques ont été édités pour cette opération en partenariat avec les Vitrines d’Epernay et les Vitrines de Blancs Côteaux. Les chèques sont utilisables du lundi midi au vendredi midi y compris le soir.  Ils vont permettre aux clients de revenir au restaurant, de se faire plaisir tout en faisant grimper l’addition pour le restaurateur. Nous prenons en charge 5 € sur la valeur du chèque. Nous avons parlé de l’opération à environ 80 restaurateurs. Beaucoup commencent à adhérer au dispositif. À nous maintenant de poursuivre notre travail de communication sur le sujet. »

Pour porter cette initiative, le soutien logistique et opérationnel des Vitrines est essentiel comme nous l’a expliqué le Président des Vitrines d’Epernay.

Laurent BARTHÉLÉMY – Président des Vitrines d’Epernay.

« La période que nous venons de vivre nous a permis de nous rendre compte de l’importance d’avoir des bars et des restaurants ouverts. Ils sont nécessaires à l’animation de notre centre-ville et renforcent l’attractivité du territoire, notamment pour les touristes. Commerçants, restaurateurs, cafetiers, nous devons être forts, soudés pour que le centre-ville soit fort ! Avant la réouverture, il y avait une réelle inquiétude. Nous nous demandions évidemment si les habitudes de consommation allaient changer. Finalement, la clientèle est présente et les commerçants sont battants. Nous qui avons été définis comme non-essentiels nous voulons montrer combien au contraire nous sommes indispensables ! Du 19 au 28 juin, nous mettons en place l’animation « Commerces en fête » avec des jeux concours, des actions ponctuelles et 100 € de Sparnachèques à gagner par jour. Cette action se clôturera avec la braderie de la Saint-Jean dans tout le centre-ville. Nous soutenons également l’opération Restos Chèques mise en place par l’Agglomération. Nous apportons notre soutien logistique à l’opération et les chèques sont en vente dans nos bureaux*. L’opération Sparnachèque avait été une véritable bouffée d’oxygène. Nous espérons qu’il en sera de même pour cette opération. Aujourd’hui, notre ville respire de nouveau, il y a de très belles terrasses. Les touristes manquent encore à l’appel mais nous sommes confiants pour les semaines à venir. »

Du côté de Châlons en Champagne, La Ville a aussi souhaité encourager le retour des clients en permettant aux professionnels du centre-ville d’élargir la surface des terrasses. « Nous avons eu à cœur depuis le début de la pandémie d’accompagner nos commerçants et restaurateurs » nous précise Martine Lizola, 2de adjointe au Maire en charge du centre-ville, des commerces et de l’artisanat. « Nous avions anticipé et tout était prêt pour la réouverture du 19 mai. Nous avons pris en charge la location des chaises, tables et parasols de ces nouvelles terrasses. »

Place Foch, place de la République et dans les rues du centre-ville, ils pourront tous étendre leur superficie d’accueil pour permettre au plus grand nombre de se retrouver tout en respectant les mesures barrières. « Nous avons joué sur la modularité des espaces, notamment Place de la République, pour permettre ces extensions. »

Voir aussi

Agrandir les terrasses pour mieux accueillir les clients.

Pour les accompagner financièrement, la Ville a décidé, pour la deuxième année consécutive, de les exonérer des droits de terrasses. Cette exonération s’applique à tous les commerçants de Châlons qui souhaitent aménager une terrasse. De même, « nous allons reconduire l’opération Chèque Relance qui avait très bien fonctionné. Sur les 400 000 € de budget, 100 000 € sont réservés aux restaurants et bars, représentant 500 000 € de chiffre d’affaires. Nous avons prévu de les mettre en circulation à l’automne 2021, une fois l’été passé pour permettre aux restaurateurs de continuer de faire du chiffre. » 

« Toutes ces mesures ont été très bien accueillies. Nous avons eu aussi envie d’aider ces équipes mises à mal pendant de longs mois par le biais de séances de coaching, en partenariat avec l’UCIA. » 

C’est toute l’activité de celle que l’on appelle la Venise pétillante qui redémarre pour permettre aux Châlonnais de retrouver leurs terrasses préférées. Il en est de même pour toute l’agglomération. Une reprise qui devrait se poursuivre avec le sourire avec la Foire de Châlons qui aura lieu du 3 au 13 septembre prochain. 

En dehors de nos villes, les restaurateurs installés dans les villages proposent eux aussi souvent de magnifiques terrasses. Prendre sa voiture et rouler quelques kilomètres suffisent pour se sentir totalement dépaysé. Surtout en ce moment avec les soirées qui peuvent enfin de prolonger. 

Quitter la ville pour prendre une bouffée d’oxygène, voir des têtes différentes et jouer au touriste, il y a bien des occasions pour découvrir d’autres restaurants et bars sur notre territoire. 

Impossible de citer tous les endroits qui nous plaisent mais nos villages de prédilection sont assurément Sacy, Sillery, Hermonville ou encore Champigny. Souvent dotés de très belles terrasses, les restaurants accueillent à la fois une clientèle des alentours mais aussi des touristes ravis de découvrir un tel environnement. Il faut dire aussi que ces dernières années l’offre s’est vraiment développée, notamment avec l’ouverture de très beaux hôtels. Une tendance qui permet aussi d’animer les villages et de faire vivre ou revivre des lieux où l’on aime se retrouver. 

Se retrouver à la campagne le temps d’un dîner.

 On trouve aussi ici et là des bars à champagne ou à vins, parfaits pour un petit moment de détente loin de l’agitation. Food-truck, caravane avec terrasses éphémères, autant d’occasions de profiter de cet été que nous avons tant désiré !

Depuis le 9 juin, il est également demandé aux restaurants de mettre en place un cahier de rappel papier et numérique pour les clients servis en intérieur. La version numérique du cahier de rappel sera présentée sous le format d’un QR à flasher (à l’entrée ou sur les tables ou dans des lieux jugés accessibles et pertinents). Le client devra flasher le QR code via l’application TousAntiCovid. Sur la version papier, les clients indiqueront leurs coordonnées, la date et leur heure d’arrivée. Les établissements mettront ce cahier à la disposition de l’Agence Régionale de Santé ou de l’assurance maladie en cas de déclenchement d’un « contact-tracing ».

Échappée belle au bord de l’eau

Autre possibilité, profiter des bords de Marne pour se détendre et pourquoi pas même y pique-niquer ! Bien évidemment, nous vous encourageons vivement à aller chez nos amis restaurateurs mais certains proposant encore de la vente à emporter, cela peut être une belle façon de les faire travailler également. 

Les bords de la Marne, un endroit dépaysant pour une soirée d’été.

Une terrasse chez soi 

La terrasse, c’est aussi cet espace que l’on aménage chez soi avec de plus en plus de soin. Tous les experts déco le disent : l’extérieur est devenu une pièce à part entière, on le pense, on le décore avec autant d’attention que l’intérieur. Véritable prolongement de notre habitation, on s’attache à y créer une atmosphère qui nous ressemble. 

Il existe maintenant de très nombreuses propositions avec des matériaux élégants et ne nécessitant que peu d’entretien. Mobilier, textile, objets de décoration, végétation : les possibilités sont infinies. Ambiance bohème avec lampions, tapis, cocooning avec des fauteuils enveloppants, confortables ou encore méditerranéenne en empruntant tous les codes du sud de la France… on choisit son clan et on crée un espace unique. 

Terrasse ou balcon, tout se pense et s’organise en fonction de nos modes de vie. Les cuisines extérieures plus ou moins sophistiquées font leur apparition, avec plancha, barbecue ou encore brasero ; on installe un coin « salon » pour partager avec nos proches les apéritifs qui nous ont tant manqué ! 

La tendance du chef à domicile 

Avoir un chef à domicile, un luxe accessible.

Maintenant que vous avez la terrasse, il faut la faire vivre ! Pour continuer de faire travailler nos restaurateurs, on pioche dans leur carte traiteur ou encore mieux, on opte pour l’option chef à domicile proposée par certains d’entre eux. 

Passer un moment convivial chez soi en famille ou entre amis, pouvoir inviter sans se déplacer, mais sans trop cuisiner, par manque de temps ou d’envie est désormais possible. La tendance du chef à domicile a le vent en poupe ! Nombre de convives, choix des plats, avec ou sans serveur, à vous de créer la soirée qui vous ressemble. Dans la région, plusieurs restaurateurs s’y sont mis et le succès est au rendez-vous.

Le redémarrage de toute une filière

Nous avons beaucoup parlé des restaurants et des bars mais il ne faut pas oublier que cette crise a touché toute la filière qui les approvisionne. Certains reportages ont montré les allées de Rungis désertes ou certains pêcheurs contraints de remettre à la mer poissons et crustacés par manque de consommateurs. 

La réouverture des restaurants permet aussi à toute la filière agricole de rebooster ses ventes.

Car nos restaurants font vivre de nombreux producteurs et il serait dommage de les oublier. Les fournisseurs des plus grandes tables sont eux aussi impatients de proposer de nouveau leurs produits d’exception chez les étoilés entre autres. Idem pour les distributeurs de boissons qui ont eux aussi vu leur activité quasiment à l’arrêt ces derniers mois. Cette reprise sonne donc la fin nous l’espérons d’une période noire pour beaucoup d’entre eux. 

Mais à l’heure où nous bouclons, tout le monde n’a pas encore totalement repris le chemin des bureaux ; certains d’entre nous vont poursuivre le télétravail encore quelques semaines. Un confort, voire une nécessité, pour certains salariés, mais qui impacte directement les cafés et restaurants, privés de leur clientèle du midi. 

Mais même lorsque l’on travaille à la maison, il est vivement recommandé de faire une pause ! Alors si vous en avez la possibilité, n’hésitez pas à déjeuner à l’extérieur : vous retrouverez un peu de convivialité perdue et soutiendrez ainsi vos établissements préférés.

Et demain ? 

Au 30 juin, restaurants et bars seront donc autorisés à accueillir leur public à hauteur de 100 % de leurs capacités. 

Si le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé l’utilisation d’un pass sanitaire pour se rendre dans les manifestations, lieux culturels et sportifs rassemblant plus de 1 000 personnes, il n’en sera rien pour se rendre au restaurant, au café ou dans un bar. Le pass sanitaire « ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas, ou pour aller chez des amis » a-t-il annoncé au cours de son interview accordée à la presse quotidienne régionale le
29 avril dernier. 

Des solutions pour que nos restaurants ne soient plus jamais contraints de fermer.

De nombreux industriels se penchent depuis des mois sur des solutions pérennes qui permettraient de ne plus subir de fermeture. Sas de décontamination, lampes à ultraviolets, tunnels gonflables en plastique désinfectants ou encore purificateurs d’air pourraient être des solutions efficaces. 

Mais ces solutions sont coûteuses. En effet, un sas de désinfection par ionisation coûterait entre 8 000 et 30 000 € mais permettrait la prise de température ou encore l’identification éventuelle des personnes par un système de badge. Quant au tunnel gonflable en plastique, certes moins élégant, il coûterait environ 2 500 €. 

Même si ces dispositifs technologiques s’avèrent coûteux, ils éviteraient d’avoir recours aux sempiternels « stop-and-go »des confinements, en complément des gestes barrières, du port du masque et du gel. En un mot, tout pour que nos restaurants et bars ne referment plus jamais leurs portes !

What's Your Reaction?
Top !
1
Wahou
0
J'aime
0
Hmm
0
C'est fou
0

News'mag © 2020. Réalisé par Hachetag - Agence de communication Reims

Retour en haut