Vous lisez actuellement
Partir enfin zen
Sombre Clair

Partir enfin zen

L’envie de prendre le large et d’aller chercher soleil et décompression est présente dans tous les esprits. Mer, montagne, campagne, très loin ou tout près, quelle sera la destination de vos prochaines vacances ?

Ce ne sera une révélation pour personne : ces derniers mois ont été particulièrement rudes. Confinements, dé-confinements, règles sanitaires, autorisations de voyager, puis non, puis si, mais pas trop loin… Autant de contraintes qui pèsent lourdement sur le moral et activent notre besoin de nous évader.

Après des mois de frustration, les voyageurs sont prêts à prendre le large.

Chercher le soleil

La crise sanitaire n’est pas la seule responsable de nos envies d’évasion. La goutte d’eau – sans mauvais jeu de mots – serait la météo de notre dernier été, qualifié unanimement de « pourri ». Alors que de nombreux pays ont dû affronter plusieurs épisodes caniculaires, nous avons, en particulier dans le nord de la France, subi pluie, nuages et températures basses. Les météorologues tentent de nous faire relativiser. Certes, cet été fut le plus humide (il a plu en moyenne 25 % de plus que la normale.) et le moins chaud que la France ait connu depuis 2014. Cependant, il ne serait qu’une pause dans les étés caniculaires qui nous attendent.  Il n’empêche que nombreux sont les tongs, sandales, robes, shorts et vêtements légers qui n’ont pu quitter nos armoires cet été. Moins de soirées à s’éterniser en terrasse pour chercher la fraîcheur, des manifestations annulées à cause de la pluie, les déjeuners en extérieurs écourtés pour rentrer s’abriter chacun avec son assiette à la main : nous avons tous besoin de compenser ce manque de légèreté estivale et de nous projeter sur nos vacances 2022. 

84 % des Français souhaitent apprécier la chaleur du soleil sur leur peau lors de leur prochain voyage.

Voir la lumière

La lumière a une importance capitale sur notre bien-être. Et ce n’est pas l’exposition de la peau aux UV du soleil qui influe sur notre humeur, mais bien la lumière visible reçue par nos yeux. « Lorsqu’il fait beau, la lumière est captée par la cornée, filtrée par le cristallin, puis transférée au nerf optique qui émet des signaux électriques au cerveau pour demander la production de sérotonine, autrement dit l’hormone du bonheur », explique Pierre Cesarini, porte-parole de l’association Sécurité Solaire, interrogé par Néon Mag. La lumière visible émise par le soleil joue aussi un rôle dans la production d’une autre hormone, la mélatonine, qui intervient sur notre rythme biologique et sur notre moral. Avec le déficit d’ensoleillement dans nos régions cet été, la rentrée fut plus rude à aborder et la fatigue s’est fait ressentir plus rapidement. 

Quelles envies pour nos futurs voyages ?

La façon dont nous voyageons évolue au fil du temps. On va attacher plus d’importance à tel ou tel aspect, les notions de développement durable et de respect des populations sont aujourd’hui par exemple extrêmement importantes pour beaucoup d’entre nous.

Les voyageurs français sont 52 % de plus à vouloir profiter davantage de leurs congés cette année.

Afin de mieux cerner les envies des voyageurs, booking.com a réalisé une étude approfondie portant sur plus de 24 000 voyageurs venant de 31 pays. De cette enquête et de son expertise, le leader des voyages en ligne a identifié les tendances de voyage pour les 12 mois à venir. 

Ce qui ressort en premier des résultats ? Le regain d’optimisme et la soif de retour à la normale chez les voyageurs français : nous sommes prêts à explorer le monde et à rattraper le temps perdu ! Mais pas n’importe comment. Le leitmotiv de nos vacances 2022 : profiter de chaque instant et vivre des expériences pleines de sens. Savamment préparées ou totalement improvisées, ces séjours revêtent cette année une importance toute particulière. En effet, 79 % des Français interrogés affirment que voyager contribue davantage à leur santé mentale et émotionnelle que d’autres formes de repos et de détente. Ils sont aussi nombreux à confirmer que leur bien-être s’améliore lorsqu’ils savent qu’ils vont partir en vacances. Quoi de mieux effectivement pour se détendre et s’apaiser que de compter les jours avant le grand départ ? Même les préparatifs – les listes pour ne rien oublier, les bagages, les lessives… –, qui peuvent se révéler fastidieux, font partie de ce rituel plutôt agréable de projection vers notre future destination. 

Laisser la Covid à la maison

Et tous les soucis qui vont avec ! Les vacances sont déjà d’habitude l’occasion de fuir son quotidien, mais cette année, échapper aux contraintes prend tout son sens. Séjourner dans un autre cadre, adopter un autre mode de vie, déguster de nouveaux mets, s’immerger dans une autre langue : voilà de quoi couper avec son train-train personnel et professionnel. 

Et avec l’avènement du télétravail, beaucoup se retrouvent avec un salon ou une chambre hébergeant son bureau. L’espace de travail s’est ainsi imbriqué dans l’espace privé, d’où l’importance de partir de chez soi et de ne surtout pas emmener un peu de boulot dans sa valise.

On renoue avec le plaisir du voyage

Ce que tout ça nous a manqué : chercher une destination, argumenter, choisir, patienter puis enfin partir. Les derniers voyages semblent bien loin, alors pour les prochains, nous profiterons de tout, dès les premières minutes, dès le pas de la porte franchi. Nous avons hâte de vivre les petites choses qui font le périple, de profiter du trajet, de se perdre les premiers jours, de se sentir un peu en décalage. 

Profiter de chaque instant, mais aussi aller à la rencontre des populations locales ressortent comme les grandes motivations des voyageurs 2022. Des désirs d’échanges authentiques, l’envie de vivre des expériences uniques mais tout en étant attentifs aux conséquences du séjour sur l’environnement local. Nous sommes aujourd’hui plus concernés par les enjeux sociétaux. De plus en plus de personnes font des recherches sur la façon dont leur hébergement contribue au développement des commerces locaux et sur l’impact de leurs dépenses sur les habitants.

Voyager « responsable » pour préserver les populations locales et l’environnement.

Embarquer vers de nouveaux horizons, découvrir de territoires inconnus, beaucoup en rêvent. Ils sont aussi nombreux à vouloir rencontrer de nouvelles personnes lors de leurs séjours. Le choix des destinations s’en ressent : celles qui ont une vie nocturne animée semblent séduire ceux qui veulent avant tout se re-sociabiliser. Cloîtrés durant de longues périodes, nous avons envie de sortir, d’échanger, ou tout simplement d’être au milieu de personnes inconnues, d’entendre sans écouter les conversations, de se laisser bercer par le doux brouhaha d’une soirée en terrasse. 

Spritz, vous avez dit Spritz

Cet apéritif italien amer et pétillant est devenu synonyme de détente et de convivialité pour amateur éclairé. En fait, c’est beaucoup plus que cela et il représente un véritable art de vivre né dans la Rome antique avant de s’installer à l’heure de l’apéritif dans le nord de l’Italie puis dans le monde entier. Aujourd’hui, la recette « classique » est constituée de 3 volumes de prosecco, 2 volumes de bitter et 1 volume d’eau gazeuse mais il faut savoir que c’est seulement dans les années 1990 que le prosecco a remplacé petit à petit le vin blanc tranquille originel et aussi que le bitter le plus connu actuellement est bien sûr l’Apérol. Cependant, d’autres bitter peuvent être utilisés comme le Martini blanc ou encore le Campari. Léa, responsable des cocktails chez Nonna, utilise entre autres le Saint-Germain, réalisée à partir de fleurs de sureau fraîches, le Limoncello, liqueur de citron ou encore l’Italicus, liqueur élaborée à partie d’herbes, de fruits de bergamote et d’épices pour des Spritz originaux. Vous avez donc l’embarras du choix…

Nouveauté et flexibilité

Rompus à l’imprévu et aux changements de plans, nous n’avons plus peur de faire face aux aléas du voyage. Les professionnels du secteur ont d’ailleurs anticipé les demandes en travaillant sur des offres plus souples, avec possibilité de report ou de remboursement en cas de problèmes. Mais cette capacité à s’adapter est même devenue un mode de vie : ils sont 71 % à déclarer qu’ils préféreront des vacances flexibles au cours desquelles ils pourront se laisser porter plutôt que de suivre un programme strict préétabli. L’improvisation est au cœur des voyages 2022, et la possibilité de faire sa valise en quelques minutes pour partir sur un coup de tête séduit. Cette spontanéité est rendue possible par l’offre toujours plus importante d’hébergements : des opportunités se présentent, toujours plus nombreuses et plus originales, et nous n’avons plus peur de les saisir. 

Tenir un carnet de voyage pour se remémorer les meilleurs moments.

Voyager par procuration

Pour pallier le manque de dépaysement, nous nous sommes rabattus sur les reportages dédiés aux plus beaux endroits de la planète. Installés dans notre canapé, nous avons pu visiter les contrées les plus lointaines. Les blogs spécialisés dans les voyages et les réseaux sociaux associés ont aussi permis de patienter, tout en s’émerveillant devant les clichés présentés, vivant pas procuration les périples racontés. 

Tenir un carnet de voyage

Véritable carnet de bord de notre séjour, il permet de noter les petites anecdotes, les sentiments, les rencontres. Et même si les photos peuvent suffire à décrire nos vacances, nos mots vont apporter cette petite touche en plus, qui nous permettra de nous replonger dans nos souvenirs une fois rentrés.

Laurence.

« Je garde un souvenir fort et assez désagréable de cette période où les déplacements étaient réduits à 100 km autour de notre domicile. Depuis, je suis avec assiduité tous les petits reportages télévisés sur les sites en France à découvrir et prends des notes. J’ai fait une liste de tous ces petits villages typiques (Cordes sur Ciel), ces lieux insolites (jardins remarquables) méconnus, ou ces fêtes annuelles (fête des roses à Gerberoy) à ne pas manquer. Je me suis promis que dès que mon activité me le permet, je bloque quelques jours et j’organise un road trip pour me rendre sur place et découvrir tout cela : les lieux, les paysages, l’histoire, et la gastronomie (oui, c’est très important aussi !) de nos belles régions françaises, plutôt que de prévoir un séjour à l’étranger. Du moins pour les prochains mois, car je rêve quand même de découvrir le sud de l’Italie. »

Commencer par retrouver la montagne

Mer, montagne, campagne, expédition citadine dans les plus belles capitales d’Europe… difficile de choisir tant les voyages ont manqué à notre quotidien. Même si nous avons pu nous rendre à la montagne l’hiver dernier, nous n’avons pas pu nous adonner à nos loisirs préférés. Et c’est dès ces vacances de Noël que nous allons pouvoir nous rattraper !

Le ski de randonnée offre de nouvelles
sensations.

Renouer avec les joies de la glisse

Même si les stations de ski ont fait preuve de beaucoup d’imagination la saison passée pour divertir les vacanciers, beaucoup sont aujourd’hui clairement en manque de glisse. Quel délice d’entendre le clac des chaussures qui s’imbriquent dans les skis, de sentir, un peu fébrile, les spatules glisser doucement sur la neige, puis de prendre son premier virage, puis le deuxième ; sentir ses jambes un peu raides, avec l’impression d’être un peu « rouillé »,
se détendre au fur et à mesure de la journée ; ré-apprivoiser les téléskis, les télésièges, et tenter de conserver toute sa dignité lorsque l’on traverse la terrasse bondée avec ses chaussures de ski pour aller commander chocolat ou vin chaud… Que de challenges à l’horizon. Cette année, c’est aussi l’occasion de poursuivre sa découverte des autres sports possibles à la montagne. Le ski de randonnée par exemple est une activité très complète, alliant performance et immersion totale dans la nature. Elle permet de délaisser les remontées mécaniques et les pistes encombrées pour gravir la pente, skis aux pieds grâce à des peaux de phoque (synthétiques). Une fois au sommet, on range les peaux dans son sac-à-dos et on profite de la descente. 

Les nouvelles sensations montagnardes

Il est toujours plus prudent de partir accompagné dans un premier temps, que ce soit pour un randonnée en skis ou en raquettes. Un guide saura vous expliquer toutes les particularités de cette activité et vous mener dans des endroits plus confidentiels. Vous profitez du calme et de la beauté des panoramas exceptionnels. 

Autre pratique nouvelle : l’escalade sur glace. Pendant les périodes de froid, les cascades et les ruissellements d’eau se pétrifient et forment des cascades de glace. Équipés de piolets et de crampons, on grimpe sur ses structures éphémères, créations naturelles par excellence. 

Toujours plus de sensations en gravissant les cascades de glace.

Gravir la Tour de Glace

Unique en Europe, la tour de glace de Champagny se dresse aux portes du Parc national de la Vanoise. Il s’agit d’une structure artificielle d’acier et de bois recouverte d’eau, d’une hauteur de 24 m. Elle s’englace grâce aux températures polaires du vallon de Champagny, permettant à tous de s’adonner à l’escalade sur glace, quel que soit son niveau, du débutant au grimpeur expérimenté. La conception de la tour permet une évolution sécurisée, avec des inclinaisons progressives. Le matériel est prêté pour l’initiation et les guides aident chacun à prendre de la hauteur.

Pour ceux qui préfèrent rester sur la terre ferme, voire un peu plus en dessous, des initiations à la plongée sous glace sont également proposées dans certaines stations. Tous ceux qui l’ont vécu décrivent ce moment comme unique. Vous enfilez votre combinaison et votre masque, portez vos bouteilles d’oxygène et vous vous immergez dans l’eau, sous une épaisse couche de glace. Les séances sont bien entendu encadrées par des professionnels, mais sont accessibles à tous et se pratiquent en toute sécurité. De jour, vous découvrez un monde à part, teinté de bleu et de vert, transpercé de rais de lumière. De nuit, l’ambiance change pour devenir encore plus spectaculaire.  

Pour tenter l’expérience, rendez-vous à Tignes, à 2 100 m d’altitude, sous la banquise du lac de Tignes. À Val Thorens, vous plongez sous la glace du lac du Lou, après 40 min de marche d’approche en raquettes.  À Chamrousse, que vous soyez débutants ou plongeurs confirmés, vous évoluerez sous une couche de glace variant entre 50 cm et 2 m. À Morzine-Avoriaz, c’est le lac de Montriond, 3e plus grand lac de Haute-Savoie, qui vous accueille. Et enfin, pour une pratique de nuit, les amateurs se retrouvent à Bessans dans un cadre naturel et préservé. 

Pour les plus frileux…

Dévaler les pistes rouges, chuter en luge ou suer durant une randonnée en raquettes ne rentrent pas dans vos activités de vacances préférées ? Aucun souci, la montagne est également l’endroit idéal pour un programme plus cocooning. Dans toutes les stations aujourd’hui, on trouve SPA et piscines. On se détend dans des bains bouillonnants, on laisse nos corps fatigués aux mains expertes des masseurs et esthéticiennes, on profite du moment bien au chaud, avec juste un regard sur les montagnes enneigées.

C’est aussi l’occasion de goûter aux spécialités réconfortantes : la raclette, la fondue, la tartiflette, pour les plus connues, mais aussi la croziflette, le berthoud à l’Abondance ou la truffade. Avec un petit verre de Génépi* pour bien finir son repas. 

Être là pour l’ouverture de la saison

De plus en plus de domaines organisent des week-ends d’ouverture de saison, en général fin novembre ou tout début décembre. Au programme : des animations, des dégustations, des concerts et surtout le plaisir d’être les premiers à poser ses fesses sur les télésièges et à descendre nos pistes préférées. À Val d’Isère, rendez-vous les samedi 27 et dimanche 28 novembre pour « Premières traces ». Pour l’occasion, les plus grandes marques de skis et snowboards seront présentes sur le front de neige pour faire tester les dernières nouveautés. Les moniteurs de l’ESF feront eux découvrir le domaine aux débutants comme aux skieurs ou snowboardeurs confirmés. 

Des week-ends festifs pour célébrer l’ouverture de la saison.

À Val-Cenis, en Haute-Maurienne, il faudra attendre les 11 et 12 décembre pour se rendre à « Tous en Piste ». Durant ces deux jours, il sera possible de s’adonner à toutes les glisses : snake glisse, yooner, tandemski, bouées… Mais aussi de tester toutes les activités de neige : Big Air Bag, initiation DVA (détecteur victimes d’avalanches), parcours biathlon, tir laser, etc.

La France, plus grand domaine skiable d’Europe

Nous ne comptons pas moins de 250 stations de ski alpin sur notre territoire (source France Montagnes) et près de 230 opérateurs de domaines skiables. Des petites stations familiales aux plus importantes avec un nombre grandissant de pistes, où chacun peut trouver l’ambiance qui lui convient pour pratiquer son sport préféré. Mais les professionnels de la montagne sont également conscients de la nécessité de préserver ces sites magnifiques. Les responsables des domaines skiables se sont engagés sur 16 éco-engagements, organisés autour de 5 enjeux clés pour la montagne française : le climat et les émissions de gaz à effet de serre, l’eau et son partage, la biodiversité, les paysages et les déchets.

Fouler le sable chaud…

Les États-Unis, la Malaisie, le Brésil : les envies des voyageurs internationaux sont très variées pour 2022.

Laissons les montagnes et les moonboots pour plonger ses pieds nus dans le sable chaud. Quoi de mieux, lorsque la grisaille de novembre nous submerge, que de se projeter sur nos prochaines vacances au soleil. Les restrictions liées au contexte sanitaires évoluent et nous permettent de rêver à des destinations lointaines. Plages, ciel bleu, eaux turquoise… : le bonheur ! 

Mais où partir au soleil l’année prochaine ? Que ce soit pour le début de l’année, pour les vacances de Pâques ou la période estivale, nous avons l’embarras du choix ! Des tendances se dessinent cependant. Si l’on se réfère à nouveau à l’étude de booking.com, plusieurs destinations ont la préférence des voyageurs. Ils ont ainsi à cœur de se rendre aux États-Unis, à Atlanta par exemple, ou encore sur le territoire taïwanais. Le Brésil, la République Dominicaine, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Malaisie et la France figurent également dans ce classement. 

Du côté des voyageurs français les choix sont tout aussi éclectiques. Les villes plébiscitées dans cette étude sont Chamonix, Porto-Vecchio, Dubaï, Ajaccio, Bastia, le Cap d’Agde, Toulon et Carcassonne. 

Que l’on parte très loin, ou tout près, les ambitions pour les vacances 2022 sont le dépaysement, la déconnexion et des rencontres authentiques. 

S’envoler pour s’évader

Pour certains, ne pas prendre l’avion pour partir à la découverte de contrées lointaines fut un réel sacrifice. Le rituel de l’aéroport, si contraignant en temps normal, leur a presque manqué. Alors dès que la possibilité de voyager à nouveau a pu être envisagée, nombreux sont ceux qui ont commencé à rêver en parcourant les sites des voyagistes. 

Reste à choisir la destination qui accueillera nos futures vacances en solo, en duo, entre amis ou en famille. Allons-nous privilégier le farniente, les visites, le patrimoine, les activités sportives ? Ou plutôt tenter de combiner un peu tout ça pour répondre aux envies et aux goûts de chacun. 

À la découverte de nouvelles contrées

Différentes destinations allient douceur de vivre et découvertes qui passionneront les amateurs d’histoire. La Grèce par exemple. Composée d’une myriade d’îles constellant les mers Égée et Ionienne, elle offre un climat très agréable et des paysages à couper le souffle. Vous pourrez y admirer les vestiges de l’Antiquité, découvrir les monastères byzantins des Météores édifiés entre ciel et terre sur des pitons rocheux, visiter l’île de Délos dans les Cyclades, berceau d’Apollon… Partir en Grèce, c’est aussi l’occasion de se rendre à Athènes, connue pour son célèbre Parthénon. Vous plongerez dans les légendes des dieux et déesses dans des décors inédits.

Qu’importe la destination, nous sommes prêts à nous envoler.

Il est également possible de naviguer d’île en île, sur la mer Égée, et de fouler le sable des plages des Cyclades ou des Sporades. 

Autre destination à ne pas rater : la Slovénie. Petit pays situé entre l’Italie et la Croatie, il compte seulement 2 millions d’habitants. Encore peu visité par les touristes, il offre pourtant des paysages grandioses composés de lacs, de vastes forêts et de montagnes. Vous y découvrez les collines de la vallée de Vipava, le massif escarpé du Triglav en passant par la bande côtière Adriatique et le massif du Karst. Ce voyage séduira les amateurs de grands espaces, de treks, mais aussi les passionnés d’histoire, de culture et de gastronomie.

La Slovénie reste préservée du tourisme de masse.

Suivre l’évolution des contraintes sanitaires

Quelle que soit la destination choisie, il est impératif de bien s’informer des restrictions en vigueur et de leurs changements. Les voyageurs doivent-ils faire un test, observer une période de quarantaine… Plusieurs sites Internet, comme tourdumondiste.com, suivent ces évolutions et mettent à jour en temps réel des cartes permettant de mieux s’y retrouver. Les professionnels du voyage sont également là pour expliquer ces contraintes et prévenir en cas de modifications de la situation. Les formules de réservation sont également adaptées avec des possibilités de report du voyage en cas de contexte sanitaire défavorable.

Départ pour les plus beaux pays d’Europe

Il n’est pas forcément nécessaire de partir au bout du monde pour découvrir de jolies contrées. À quelques heures de trajet, on profite de la beauté des pays voisins. L’Espagne par exemple est un pays magique, qui séduit par son art de vivre et son ensoleillement. Entourée par l’océan Atlantique et la mer Méditerranée, on vient pour les températures clémentes, mais aussi pour profiter de l’ambiance. Les amateurs de patrimoine et d’art peuvent également admirer les riches collections des musées comme l’Escurial, et des œuvres architecturales d’exception comme la Sagrada Familia à Barcelone ou l’Alhambra à Grenade. Vous pouvez aussi choisir de vous envoler vers un des archipels des Canaries ou des Baléares. Des noms qui, à eux seuls, évoquent la douce torpeur d’une place de sable chaud. 

S’envoler plus loin

Envie de vous envoler un peu plus loin ? Direction Oman, ce petit pays de 4 millions d’habitants situé dans la péninsule d’Arabie. On y découvre les déserts et les montagnes, mais aussi les nombreuses mosquées à l’architecture majestueuse ou encore les souks à l’ambiance typique. Vous pourrez faire la tournée des forts omanais, de Muscat à Nakhl ou visiter les dunes rouges de Wahiba. Vous assisterez à l’éclosion des œufs de tortues sur la plage de Ras al-Jinz, vous voguerez sur les eaux de Misandam, à l’ombre des montagnes. Un séjour totalement hors du temps, une vraie parenthèse enchantée.

À la découverte du désert de Wahiba Sands à Oman.
Virginie

« Ce qui m’a le plus manqué, ce sont les sensations, au sens propre du terme, c’est-à-dire ce qui passe par nos sens… Pendant la période de confinement, de bien belles vidéos de contrées lointaines dépaysantes et agréables ont tenté de donner le change mais cela n’a pas vraiment opéré…

Cela ne remplace pas – et ne remplacera jamais – ce qui fait, à mon sens, le petit plus des voyages : sentir le soleil sur sa peau lors d’une séance de farniente à la plage, avoir les joues rouges du vent frais qui vient nous cueillir lors d’une descente à ski, être émoustillée par des odeurs d’épices du souk, se laisser bercer par le chant des cigales, sentir l’odeur de l’iode en bord de mer… ».

Des destinations de rêve

Certains mots nous font immédiatement voyager. À la seule évocation de la Polynésie française, on s’imagine assez facilement sur une plage magnifique, dégustant une boisson fraîche, hésitant entre reprendre sa sieste à l’ombre ou aller se baigner dans les eaux turquoise. Plus de cent îles composent ce territoire idyllique. La principale, Tahiti, permet d’en rejoindre d’autres aux noms toujours aussi évocateurs : Moorea, Bora Bora, Maupiti… 

Autre décor, autre ambiance, on boucle sa valise direction l’Amérique du Sud. Vous pourrez y admirer les merveilles de l’Équateur, du Chili, de la Bolivie, de l’Argentine, du Pérou ou du Brésil. Pour chacune de ces destinations, des sites uniques, des vues à couper le souffle. Vous découvrez là aussi des sites classés au patrimoine de l’UNESCO comme les îles Galapagos en Équateur. Les parcs nationaux présents sur tout le continent vous permettent de faire plus ample connaissance avec la faune et la flore locales. Vous pourrez peut-être rencontrer durant votre périple des dragons, des lions de mer ou encore des tortues géantes.

Voir aussi

Découvrir les sites classés au patrimoine de l’UNESCO, comme ici les îles Galapagos.

Maîtriser son empreinte carbone

On le sait, un voyage en avion émet du CO2. Mais il produit aussi des oxydes d’azote, des particules de suie, des aérosols et de la vapeur d’eau. Nous sommes de plus en plus vigilants à notre empreinte carbone. Mais si nous ne pouvons emprunter aucun autre moyen de transport, il existe aujourd’hui des calculateurs d’émissions de CO2. Ils permettent de connaître l’impact de votre voyage sur le réchauffement climatique. La plupart d’entre eux offrent aussi la possibilité de compenser ces émissions en soutenant financièrement un projet écologique. 

Les engagements des compagnies aériennes

Lors de l’assemblée générale de l’Association internationale du transport aérien qui s’est tenue le 4 octobre dernier, des compagnies aériennes du monde entier se sont engagées à atteindre « zéro émission nette de CO2 » d’ici à 2050 pour lutter contre le réchauffement climatique. Pour y parvenir l’aérien compte sur des carburants renouvelables, des avancées technologiques comme des aéronefs électriques ou fonctionnant à l’hydrogène, mais aussi sur la capture de carbone et des mesures de compensation.

Calculer l’empreinte carbone de son voyage permet de se rendre compte de son impact direct sur l’environnement. On peut alors décider de choisir des alternatives de transport moins impactantes, ou des destinations moins éloignées. Et si ce périple vous tient trop à cœur pour renoncer, essayer d’optimiser le déplacement, de rester plus longtemps et d’en profiter pour visiter d’autres pays aux alentours. 

Compenser son empreinte carbone : une fausse bonne idée ?

Une majorité de compagnies aériennes européennes propose cette option dès la réservation du billet : vous pouvez cocher une case afin de garantir un vol neutre en empreinte carbone, ou trouver le lien d’un organisme privé partenaire pour compenser les émissions de CO2 de votre vol.

Soutenir des projets environnementaux pour compenser son empreinte carbone.

Comment cela fonctionne ? En fonction de l’empreinte carbone calculée à l’aide d’un simulateur, vous faites un don pour soutenir un projet environnemental à financer. Ces projets de protection climatique se veulent de haute qualité et très sélectifs. Ils doivent contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre et avoir un effet immédiat sur la protection du climat. 

Sur le site myclimate, on trouve ce type de simulateur pour les trajets en avion, mais aussi pour les croisières ou encore le chauffage utilisé pour la maison. Différents projets sont également proposés au soutien des internautes, comme des initiatives de reforestation. 

Mais ce principe est aussi beaucoup décrié par les professionnels de l’environnement. Cela ne représenterait pas, à leurs yeux, une solution, mais plutôt une façon de se donner bonne conscience tout en continuant de voyager, et donc de causer du tort à notre planète. Souvent qualifiée de « fausse bonne solution », cette compensation fait l’objet de nombreuses controverses. 

Voyager autrement

Aux antipodes du tourisme dit « de masse », de nombreux voyageurs souhaitent dorénavant trouver des alternatives plus saines et moins consuméristes. Ce « tourisme alternatif » se veut plus soucieux de l’humain et de l’environnement ; il intègre plusieurs courants que sont le tourisme durable, responsable, équitable, solidaire, participatif ou encore l’écotourisme. 

Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, le tourisme durable se définit comme « un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil ». Le tourisme dit responsable s’inscrit lui aussi dans cette optique via trois engagements : participer au développement économique local, préserver la nature et rencontrer la population locale. Pour le tourisme équitable, c’est la juste répartition des revenus entre chaque partie prenante du voyage qui est mise en avant. L’objectif est ainsi de permettre aux populations locales de bénéficier des retombées touristiques. Chaque individu intervenant pour rendre le voyage possible doit être rémunéré à sa juste valeur : ce type de tourisme doit avoir un impact positif sur l’économie locale. 

Le tourisme alternatif

Le tourisme solidaire va lui mettre au cœur de ses voyages l’humain et la rencontre, en associant des projets solidaires dans les pays visités. Les voyageurs vont pouvoir financer des actions de développement sur le terrain ou prendre part à des actions solidaires dans une logique de tourisme participatif. 

Plus de 300 établissements possèdent l’Écolabel en France.

Enfin, pour être un parfait écotouriste, il faut, selon la Société Internationale d’Écotourisme « voyager de manière responsable dans des sites naturels tout en aidant à la conservation de l’environnement et en ayant un impact positif sur les conditions de vie des populations locales ». L’accent est ici mis sur la valorisation des projets environnementaux favorisant la protection des zones naturelles. 

Les labels de l’ADEME, les bons repères pour les voyageurs

L’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) conseille de vérifier si différents labels sont présents lors de la réservation de votre chambre d’hôtel, chambre d’hôte, votre gîte ou votre place de camping. Écolabel, Écogîte, Green globe certified, Gîte panda, Hôtels au Naturel ou encore Clef verte : tous ces labels témoignent de mesures écologiques strictes et quantifiées prises par l’hébergeur. Les engagements portent par exemple sur la réduction des consommations d’énergie, l’utilisation et l’achat d’énergie renouvelable, la préservation des ressources en eau, la valorisation des déchets et la lutte contre le gaspillage.

Le label ATR (Agir pour un Tourisme Responsable) identifie les professionnels engagés.
Les autocaristes proposent de nombreuses destinations au départ de nos villes.

Partir en escapade en bus

Ce mode de transport est revenu sur le devant de la scène ces dernières années. Les voyageurs, motivés à l’idée de faire des économies et d’éviter de prendre la voiture, se sont tournés vers les nouvelles sociétés d’autocars. Elles proposent différents trajets, à des prix bien plus abordables que le train. 

Mais le car n’est pas juste une bonne idée pour le trajet : plusieurs entreprises de la région proposent ainsi des journées ou week-ends clé en main. Envie d’une escapade à Paris, pour une visite ou pour assister à un spectacle : il y a forcément une offre dans les catalogues qui saura vous séduire. Vous pouvez aussi partir à la découverte de nos régions voisines, de leur patrimoine et déguster les spécialités locales. 

Il est même possible de prendre quelques jours pour visiter quelques grandes villes d’Europe, comme Trèves, Bruxelles, Amsterdam ou encore Barcelone. 

Le voyage en bus présente un grand nombre d’avantages. En plus d’être un mode de transport économique, il est aussi moins polluant que la voiture ou l’avion. Tranquillement installé sur votre siège, vous gagnez en sérénité : vous n’avez ni à vous soucier de la route, ni du stationnement.

Comment s’occuper lors d’un long trajet en bus ?

Que faire durant son trajet ? Lire bien sûr, si cela vous est possible sans avoir de maux de tête ou des nausées. Nos smartphones nous permettent aujourd’hui de regarder tranquillement un film ou une série, ou encore de jouer à des jeux vidéo. On peut aussi profiter de ce temps pour une petite sieste ou pour planifier notre périple.

Tous en van ! 

Plus grand qu’une voiture, plus maniable et surtout plus tendance qu’un camping-car, le van a vu ses ventes exploser en 2020. Partir sur un coup de tête, définir ses trajets et ses destinations au fur et à mesure de son voyage : tout ceci répond parfaitement aux envies du moment. On suit son instinct, on s’adapte à la météo, on s’écoute pour planifier un périple sur-mesure, en adéquation parfaite avec les besoins du moment.

Autre avantage non-négligeable, voyager en van nous permet de faire des économies. Notre budget est allégé des coûts d’hébergement, alors qu’ils représentent un poste de dépenses très important. Il est aussi possible de concevoir et de créer soi-même son van ou fourgon. Le marché de la location de ce type de produits est également en plein essor. On dispose d’un van à petit prix, sans engagement : une opportunité de tester cette façon de voyager avant d’investir. Quant aux loueurs, cela leur permet de financer leur véhicule. 

Vanessa.

« Le fait de pouvoir partir où je voulais quand je voulais est véritablement ce qui m’a le plus manqué pendant le confinement. J’ai dû annuler un voyage en Irlande avec mes cousins, car les frontières du pays étaient fermées, reporter deux fois un projet de voyage en Cornouailles, bref, frustration ! Entre août 2020 et juillet 2021, nous n’avons quitté Reims qu’à deux reprises, deux jours à chaque fois pour aller en baie de Somme et en Alsace. Sur la fin, l’envie d’ailleurs était tellement présente que je pleurais rien qu’en voyant les photos des pages insta de villes ou pays !! Le voyage, c’est pour moi la liberté et la découverte. Pas forcément besoin de partir loin, de partir très souvent, mais le fait de pouvoir le faire et d’avoir des projets, c’est déjà beaucoup. Le point positif des confinements successifs : nous permettre de franchir le pas vers la réalisation d’un projet vieux de 15 ans. Nous venons d’acheter un van et cet été, nous avons l’intention de découvrir enfin la Cornouaille avec. Et puis l’Irlande avec mes cousins est de nouveau dans les agendas ! ».

Embarquer dans un van pour partir à l’aventure.

Voyager en van – éditions Jouvence

Tifenn et Kevin partagent conseils et expériences pour bien voyager en van, en fourgon, ou en camping-car. Choix du véhicule adapté à vos besoins en prenant connaissance des différentes solutions d’aménagement qui existent, préparation de votre voyage avant le grand départ, mais aussi quotidien en van, en famille ou en solo (trouvez facilement un endroit où dormir, gérez chaque jour votre autonomie en eau, électricité, gaz, etc.) : la lecture de ce livre risque de vous donner envie de partir très vite. Et grâce aux itinéraires suggérés, vous avez toutes les cartes en main !

What's Your Reaction?
Top !
0
Wahou
0
J'aime
0
Hmm
0
C'est fou
0

News'mag © 2020. Réalisé par Hachetag - Agence de communication Reims

Retour en haut