Vous lisez actuellement
Des poules pour les biodéchets
Sombre Clair

Des poules pour les biodéchets

Alléger le poids de la poubelle en incitant les habitants à mettre des poules dans leur jardin, c’est le pari réussi par l’Agglo de Châlons depuis 10 ans. Nourries des restes de repas, et d’épluchures, elles détournent ainsi sur 70 foyers 31,5 tonnes d’ordures ménagères  par an !

Rien ne se perd, tout se transforme.

« Châlons a été une des premières collectivités en France à se lancer sur ce créneau de réduction des déchets organiques à la source » remarque Gaëtan-Louis Riché, chargé de mission au Développement durable à l’agglomération de Châlons. De 20 foyers les premières années, les candidats sont vite passés à 70 pour accueillir 3 poules à domicile et ainsi diminuer voire supprimer les déchets. de la poubelle verte. Via l’agglo, les conditions d’achat sont avantageuses, grâce à un partenariat avec un éleveur local, le candidat sélectionné paie 15 € pour 3 poules et l’Agglo verse le complément. Même collaboration avec une jardinerie, ce qui permet d’acquérir des bons de réduction de 10 % sur l’alimentation et le matériel avicole.

Des poussins voient le jour.

250 œufs frais par poule

Omnivores, les poules mangent presque tout ce que nous ne mangeons pas. « Cela détourne 31,5 t d’ordures ménagères/an sur l’ensemble de l’opération, soit un gain estimé à 8 164 € sur les 70 foyers » affirme le chargé de mission. Une poule ayant une espérance de vie entre 6 et 12 ans, l’économie est colossale ! Les foyers candidats sont étudiés de près. « Nous regardons sa composition, si les gens cuisinent, pour qu’il y ait assez de déchets, s’il y a une surface suffisante pour le bien-être des animaux… » Sensibilisés à la grippe aviaire ils signent une charte en recevant le Guide de l’Éleveur. Nathalie Tabourin, de Recy, fait partie des heureux sélectionnés, sur 90 dossiers, pour bénéficier de 3 poules rousses Isabrown vaccinées. « Quand j’étais petite, mon papa avait une basse-cour. En 2019, j’ai repris ses poules vieillissantes, des Brahma. Elles sont à la retraite maintenant. » Sur ses 1 000 m² de terrain, les poulettes sont heureuses, picorent fanes de radis, épluchures de rhubarbe – car Nathalie a un potager – les insectes dans l’herbe… Parfois, Nathalie les laisse donner vie à des poussins qu’elle donne ou échange. Son fils, ses voisins et amis bénéficient des œufs frais, chaque poule ayant près de 200 à 250 œufs/an. Il n’y a que des avantages à accueillir ces animaux qui sont une vraie compagnie !

Dans cet autre foyer, elles adorent le pain dur.
What's Your Reaction?
Hmm
0
C'est fou
0
Top !
0
Wahou
0
J'aime
0

News'mag © 2020. Réalisé par Hachetag - Agence de communication Reims

Retour en haut