Vous lisez actuellement
Un été pour bouger
Sombre Clair

Un été pour bouger

Pour préserver son corps et apaiser son esprit, l’activité sportive régulière est une allée de choix. Et rien de mieux que l’été pour débuter, même pour ceux qui ont le sport en horreur.

Quel est le bon moment pour se (re)mettre au sport ? En septembre, en profitant de l’impulsion de la nouvelle année scolaire, des bonnes habitudes prises durant les vacances et de l’inscription dans les différents clubs ? En janvier, pour respecter ses bonnes résolutions ? Au printemps, en prévision du fameux summer body ? En été, lorsque le climat est plus clément et que l’on dispose de plus de temps ? 

En réalité, ce n’est pas vraiment une question de moment, mais plutôt de motivation et de choix : quelle activité pratiquée, quel créneau horaire, quels partenaires de labeur ?

Le sport permet de vivre plus vieux, en meilleure forme et aussi de booster la libido.

Pourquoi le sport ? 

Question lancinante que certains se posent dès le plus jeune âge, dès qu’il a fallu courir autour d’une piste à 8 h 30 un lundi matin, tenter de grimper sur une barre asymétrique devant les regards moqueurs de tous ses camarades de classe ou encore réussir son service au volley-ball. Car nous ne sommes pas tous égaux face au sport. 

Pourtant, on le sait maintenant, pratiquer un sport, ou au moins une activité physique, n’apporte que des avantages. Meilleur fonctionnement du cœur et de l’activité sanguine, augmentation de la masse musculaire, diminution de la masse graisseuse, entretien des articulations et des os, diminution du stress, des risques de cancers, amélioration du sommeil, augmentation de la libido … : faire du sport permet de vivre plus longtemps en meilleure forme. Et on l’a bien tous compris : en janvier 2022, près de 70 % des sondés déclaraient avoir l’intention de pratiquer une activité sportive régulière (sondage OpinionWay). Quelques mois plus tard, force est de constater que la bonne résolution n’a pas tenu pour tout le monde, écrasée par le rythme d’un quotidien effréné et un manque de motivation pour aller nager tôt le matin ou chausser les baskets le dimanche.

La Bible de la lose du sport français
Fédération française de la lose – Antoine Declercq – Éditions Marabout

Presque victoires, craquages mentaux, astuces de losers et défaites magnifiques en tous genres sont au rendez-vous de La Bible de la lose du sport français. De Paris 1900 à Séville 82, du Tour de France 89 aux décennies de désillusions à Roland-Garros, c’est une traversée épique au cœur de la lose bleu-blanc-rouge qui vous est contée dans ce livre.

Où en est-on de notre Summer Body ?

Cette jolie expression fleurit dans les magazines et sur les réseaux dès le tout début du printemps. Les challenges « objectifs bikini » se multiplient, les formules magiques pour être prêt(e) pour « l’épreuve du maillot de bain » sont plus nombreuses chaque jour. Le phénomène ne serait pas récent et daterait des années 1920, même si l’expression consacrée n’apparaît que dans les années 1960. 

Du muscle, de la cuisse ferme, du corps bronzé et épilé : le body summer envahit les réseaux.

Depuis quelques temps, cependant, beaucoup s’insurgent sur ce diktat estival. On a même vu, il y a quelques années, l’apparition du hashtag #objectifbikinifermetagueule qui exprime parfaitement tout le bien que l’on peut penser de cette formule. Mais, en parallèle des déclarations sur le body positif, des messages visant à s’accepter, à lutter contre la grossophobie, des corps fins, musclés, bronzés, retouchés envahissent les réseaux sociaux. Une exposition à des images de corps parfaits qui use l’estime de soi et donne envie de se terrer dans son canapé. 

Les influenceurs sont de parfaits ambassadeurs de ce summer body, avec bien entendu vente de produits et organisation de challenges pour leur communauté. Et après des semaines d’efforts, de restrictions alimentaires et de séances de sport intensives, on se sent enfin légitime à poster sur nos réseaux le résultat. On vérifie l’éclairage, on teste les angles, on prend les clichés, on retouche, on poste et on attend, fébrile, les réactions. 

Prendre soin de soi pour soi

Faire du sport pour soi, pour nous faire du bien physiquement et mentalement.

Alors, oui, le sport peut permettre de sculpter son corps, de s’affiner, de se muscler. Mais lorsque l’on pratique régulièrement une activité adaptée, c’est plutôt ce qui se passe à l’intérieur qui est intéressant ; même si c’est nettement moins instagrammable. 

Pour se sentir mieux dans son corps et dans sa tête, il faut avant tout trouver une activité qui nous plaise vraiment, pour que la pratiquer ne soit pas une torture à la longue. On choisit aussi un moment qui nous convient et, si possible, un lieu proche de chez nous ou de notre travail : on se facilite la vie pour garder intacte sa motivation.  Et on profite des beaux jours pour tester ce qui pourra devenir son sport toute l’année.

Des codes qui varient

Le bon summer body en France, n’est absolument pas le même au Japon ou en Allemagne. Si, dans certains pays, on apprécie le bronzage à outrance et l’extrême sophistication des looks, dans d’autres, c’est le teint diaphane qui est apprécié, ainsi qu’un certains naturel affiché, avec une vision beaucoup moins stricte de l’épilation. Aux États-Unis, on mise sur le muscle et les abdos saillants, pour les hommes comme pour les femmes. Au Brésil, les fesses rebondies ont la cote, tout comme les poitrines généreuses. 

Par où commencer ? 

Pour bien débuter et surtout pour que l’activité de se poursuive dans le temps, on commence par être honnête avec soi-même. On évalue sa condition physique sans surestimer ses capacités : même si on était très bon au tennis ou au football il y a 20 ans, il est possible que l’on ait perdu un petit peu au fil des années. L’idéal est encore de faire un bilan chez son médecin, pour déceler les fragilités et avoir son avis sur la pratique envisagée. 

Le secret pour bien débuter ? Y aller à son rythme, progressivement.

Ensuite, on se pose les bonnes questions : est-ce que je préfère pratiquer dehors ou en intérieur ? Seul ou en groupe ? Des séances longues à rythme modéré, ou courtes à forte intensité ? Là aussi, on fait preuve de franchise : est-ce que j’aurai vraiment l’envie de ressortir le soir et de parcourir plusieurs kilomètres pour enfiler mon maillot de bain 3 fois par semaine ? 

Autre clé du succès : on y va progressivement. Viser le marathon du Run in Reims en octobre, si vous n’avez jamais chaussé les baskets, est peut-être un peu prématuré. Un challenge doit être motivant, mais aussi réalisable. 

Enfin, on oublie toutes nos idées reçues sur les différentes activités : la violence de la boxe, la nécessité de souplesse pour le yoga, le sens du rythme pour la zumba … le meilleur moyen : tester ! 

Prendre l’air

Plus d’un Français sur cinq pratique le running. (Chiffres Observatoire du running 2022).

Profitons du beau temps pour pratiquer des sports d’extérieur. Un des plus populaires et accessibles : la course à pied. Accessible parce qu’il se plie à nos contraintes de temps, de lieu, et ne nécessite que peu d’équipements comparé à d’autres. Cependant, cela ne veut pas dire qu’il n’exige aucune préparation. Il est important de respecter son rythme, d’y aller progressivement. On peut aussi choisir de faire quelques séances avec un coach pour débuter ou même pour améliorer sa pratique. Il pourra nous donner des conseils quant à notre posture, notre façon de courir. Cela permet de booster ses performances, mais surtout d’éviter les blessures liées à une mauvaise foulée par exemple. Courir en groupe peut aussi avoir des vertus stimulantes, surtout si l’on prépare une course commune. On n’est pas obligé de discuter durant l’effort, mais on profite de l’énergie positive communicative. 

Vous préférez pratiquer le running seul ? Vous pouvez vous motiver avec une playlist personnalisée ou encore en profiter pour écouter des podcasts : l’esprit s’occupe pendant que les jambes travaillent. Attention par contre à ne pas vous couper totalement de votre environnement extérieur, cela peut présenter un danger. Vous pouvez aussi opter pour des casques à conduction osseuse, qui permettent d’entendre les bruits des alentours. 

Marcher plutôt que courir

Il existe plus de 100 000 km de sentiers de randonnée en France.

Le running est une activité traumatisante pour le corps. Pour profiter des bienfaits d’une activité cardio sans les désavantages de la course, on se tourne vers la marche à pied. En mode randonnée ou marche nordique, elle présente de nombreux bienfaits pour le corps et l’esprit. Elle prévient certaines maladies, permet de tonifier le corps, et booste le moral. Plus on peut pratiquer, mieux c’est, l’idéal étant de pouvoir marcher au moins 30 min par jour. Et le week-end, on prévoit de grandes sorties pour découvrir la région : plusieurs chemins de randonnées sont balisés pour permettre des marches de différentes distances.

La marche nordique est, quant à elle, un peu plus intense : elle augmente sensiblement la dépense énergétique, jusqu’à 40 % par rapport à la marche traditionnelle. Il est possible de varier l’intensité en fonction de son état de forme du moment. Comme pour la course, il est nécessaire de bien s’équiper, et surtout de choisir des chaussures adaptées à la pratique. 

Envie de s’y mettre ? On profite de nos vacances pour explorer la région qui nous accueille. On découvre ainsi les paysages, la faune et la flore. En montagne, on gravit les sommets et on profite des panoramas à couper le souffle et du calme environnant. Là encore, on peut pratiquer seul, ou accompagné d’un guide qui apportera en plus des explications et des anecdotes sur les lieux. 

On tente aussi la marche afghane, qui consiste à caler ses pas sur sa respiration.

Pédaler partout

La 3e étape du Tour de France femmes reliera Reims à Épernay le mardi 26 juillet.

Les Français redécouvrent les joies des déplacements à vélo et ses bienfaits. De plus en plus de vélotafeurs empruntent les pistes cyclables de nos villes. Les vélos à assistance électrique permettent quant à eux une pratique facilitée, que ce soit dans les centres urbains ou sur les chemins dédiés aux VTT à la montagne.

Le vélo a tout bon pour notre santé : sport porté, donc non traumatisant, il offre différentes pratiques. Sur route, en mode balade ou plutôt effort intense, sur les chemins, en descente pour les plus téméraires, et même … dans l’eau. L’aquabiking connaît un gros succès depuis plusieurs années. On retrouve aussi le RPM, des séances de cycling intenses, proposées dans les salles de sport, avec une ambiance musicale et lumineuse motivante.

Si on testait le Bike Polo ?

On parle aussi de polo-vélo ou de polo à bicyclette, il s’agit de pratiquer le polo à vélo et non à cheval. Cette discipline serait née en Irlande vers la fin du XIXe siècle, elle apparait en démonstration lors des Jeux olympiques de Londres en 1908. On peut le pratiquer sur du gazon, ou même sur un terrain dur, avec des règles adaptées, on l’appellera alors le hardcourt bike polo. Équipés d’un maillet, positionnés sur leur vélo, les joueurs s’affrontent pour tenter de mettre la balle dans la cage de hockey. Le polo-vélo est reconnu depuis 2002 par l’Union Cycliste Internationale et plusieurs clubs sont présents dans toute la France. 

Voir aussi

Profiter de l’eau

Avec les températures estivales, on n’hésite pas à se jeter à l’eau. Et avec la multiplication des activités nautiques, impossible de se lasser ou de ne pas trouver son bonheur. 

Les activités aquatiques permettent de pratiquer en douceur une multitude de sports.

La plus accessible ? La natation … en piscine, en mer, dans un lac. Elle n’est pas traumatisante pour le corps et permet de pratiquer sans se blesser. Et si enchaîner les longueurs vous paraît monotone, vous pouvez aujourd’hui varier les plaisirs grâce à un grand nombre d’accessoires disponibles. Palmes, planches, plaquettes pour les mains, pullbuoy : ces équipements permettent de travailler différentes parties du corps et de changer de pratique pour des sessions moins rébarbatives. En piscine, les propositions d’activité se multiplient. On connaît l’aquabike, l’aquagym, on trouve maintenant l’aquatrampo, l’aquapilates l’aqua punching, ou encore l’aquajogging. 

En milieu naturel, on expérimente le stand up paddle et ses multiples déclinaisons, la plongée sous-marine ou encore le longe côte. 

On the beach

Sur la plage aussi, entre siestes et dégustations de glaces, on peut pratiquer des sports très différents. Le classique jeu de raquettes, le speed badminton ou crossminton (variante du badminton qui peut se jouer en extérieur), ultimate sont les préférés des vacanciers.

Tous les sports de ballon se déclinent en version plage. Football, volley, basket-ball, rugby… les règles s’adaptent en fonction de l’environnement. 

Le beach rugby, né dans les îles du Pacifique sud, est arrivé en France en 2004.

Pour profiter pleinement de la nature, on pense aussi au golf, au footgolf, ou encore à l’escalade, des sports qui allient performance physique, concentration et stratégie. 

Et pour ceux qui restent en ville, on profite à fond des installations sportives de nos centres urbains. Pas envie de sortir de chez soi ? Le sport à domicile est en plein essor, il y a forcément une plateforme en ligne qui propose des cours qui vous conviendront. 

La bonne tenue pour le bon sport

Terminé le simple t-shirt en coton porté sur un short basique : chaque sport a aujourd’hui sa propre garde-robe. Des vêtements pensés pour offrir une pratique dans les meilleures conditions, dans l’optique d’apporter plus de confort, et même, de booster les performances. Les matériaux utilisés permettent de ne pas subir les désagréments liés à la pratique. Antitranspirants, favorisant la mobilité, imperméables, protégeant du chaud, du froid, apportant le maintien nécessaire … choisir sa tenue n’a jamais été aussi stratégique.

Faire du sport sans y penser

Vous ne supportez ni l’ambiance des sports collectifs, ni l’idée de transpirer en courant ou en pédalant sur les chemins, et encore moins d’obéir aux consignes d’un prof de fitness ? Il est tout à fait possible de faire du sport sans trop y penser. Pour être en forme, il suffit de marcher. À force, on connaît un peu trop les itinéraires, l’idée va être alors de varier, de découvrir et aussi de se changer les idées. On peut pratiquer la marche méditative, écouter un livre audio ou encore pratiquer le geocaching. 

Les allées des parcs et jardins, mais aussi des parcs d’attractions ou encore des zoos sont aussi de bonnes pistes pour marcher sans y penser vraiment. 

Dans les zoos, on profite d’une vraie immersion en pleine nature, à la découverte des nombreuses espèces animales qui vivent sur notre planète.

Le zoo d’Amnéville présente l’une des plus grandes biodiversités de France.

Marcher au milieu de la nature et des animaux au zoo d’Amnéville

Fondé il y a 35 ans, le parc zoologique d’Amnéville propose chaque année, à ses nombreux visiteurs, un moment unique de découverte. Sur 18 hectares, il est possible d’observer plus de 2 000 animaux présentés dans un cadre paysager respectueux de leur milieu naturel et des installations de grande qualité : de la réserve africaine peuplée d’éléphants, de girafes et de rhinocéros blancs, au Gorilla’Camp mêlant sur plus d’1 hectare décor tropical et village traditionnel congolais, en passant par la luxuriante végétation de la jungle amazonienne ou encore le vivarium et ses impressionnants reptiles.

What's Your Reaction?
J'aime
0
Hmm
0
C'est fou
0
Top !
0
Wahou
0

News'mag © 2020. Réalisé par Hachetag - Agence de communication Reims

Retour en haut