Vous lisez actuellement
Place aux étudiants
Sombre Clair

Place aux étudiants

Inflation, moral en berne… Cette rentrée étudiante est annoncée comme morose ; mais c’est sans compter sur l’optimisme des jeunes et le dynamisme de ceux qui les soutiennent. 

La barre des trois millions d’étudiants est franchie pour cette rentrée 2022/2023, avec 73 000 nouveaux inscrits. Pourquoi un tel chiffre ? La croissance démographique des années 2000 et la hausse nette du nombre de bacheliers à l’aube des années 2020 expliquent cette augmentation constante des effectifs depuis 2008. La majorité des étudiants entrent à l’université ; cependant, les écoles de commerce et les formations d’ingénieurs enregistrent une progression de leurs effectifs bien plus importante. L’enseignement privé connaît un développement continu, dans toutes les régions académiques, outre-mer compris. Il a enregistré une progression de 10 %, et compte aujourd’hui 25 % des étudiants du supérieur. 

Ils sont plus de 3 millions à entamer des études supérieures en cette rentrée.

Mais ce qui marque cette rentrée, c’est la forte hausse du coût de la vie étudiante. Selon la 18e enquête menée par l’Unef, publiée le lundi 15 août dernier, celle-ci devrait augmenter d’environ 428 € pour l’année universitaire 2022/2023. Une hausse que plusieurs mesures d’aides visent à pallier, afin de permettre aux jeunes d’aborder leurs études le plus sereinement possible. 

Un grand pas vers l’autonomie

Devenir étudiant, c’est, pour beaucoup, synonyme d’autonomie. Certains quittent le cocon familial pour un appartement, une résidence universitaire ou encore une collocation. Il va alors falloir apprendre à gérer son quotidien, son budget, etc. Une étape déterminante dans une vie, et pleine de promesses. 

Guide de débrouille de l’étudiant
Éditions First – Quitterie Simon, Joëlle Passeron (Illustrateur)

Le premier guide destiné aux étudiants pour les aider à quitter le cocon familial en toute sérénité. L’entrée à la fac, le nouvel appart, la collocation… la vie étudiante est le moment de tous les bouleversements. On dit souvent que c’est le début de l’émancipation et de la liberté, mais cette soudaine autonomie peut apporter quelques galères. Dans cette BD pleine d’humour et très pratique, découvrez un tas d’informations et de conseils, destinés aux étudiants, pour les aider à prendre leur envol. Au programme, des astuces cuisine, ménage, administratif, colocation, recherche de logement, etc.

Quitter le cocon familial

Devenir étudiant, synonyme d’indépendance pour certains.

Lʼobtention du fameux bac marque la fin de la première partie de la scolarité et le début d’une nouvelle vie, qui peut s’imaginer en dehors du domicile familial. Par envie, ou pour suivre le cursus tant convoité, l’étudiant boucle ses valises et embarque parfois pour une ville inconnue. La période d’été a donc été consacrée à la recherche de l’appartement idéal ou de la colocation parfaite pour ceux qui n’iront pas en cité universitaire. Certains optent aussi aujourd’hui pour la location d’une chambre chez l’habitant, avec notamment de nombreuses actions intergénérationnelles mises en place. 

C’est donc le début de l’indépendance ; il va falloir gérer ses repas, ses dépenses, son ménage… pour la lessive, nombreux sont ceux qui opteront pour le dépôt de linge sale le vendredi soir chez leurs parents, ravis de la tâche à accomplir avant le départ du dimanche soir. 

Mais quitter le nid est-il incontournable ? De plus en plus d’étudiants décident de rester un petit peu plus longtemps. Par choix pour certains, pour qui habiter seuls, loin de ses proches et du confort apporté par la vie familiale, n’est pas très séduisant. Par obligation pour d’autres : la conjoncture financière actuelle compliquée ne permet pas à tous de choisir l’autonomie. 

La dure rentrée des étudiants 

Plusieurs mesures visent à aider les étudiants face aux effets de l’inflation.

La hausse du coût de la vie impacte particulièrement les étudiants. Les associations alertent sur leur précarisation, des situations révélées lors de la crise de la COVID : privés de leurs petits boulots d’appoint, beaucoup de jeunes se sont retrouvés sans ressource. Des actions de solidarité avaient alors été mises en place, des initiatives associatives, de particuliers, pour venir en aide aux étudiants les plus touchés.

La rentrée 2022 ne s’annonce pas meilleure en termes de conditions de vie. Le gouvernement a donc porté une attention particulière aux étudiants dans les mesures d’urgence pour le pouvoir d’achat ; plusieurs mesures complémentaires sont également déployées pour répondre immédiatement aux effets de l’inflation. 

Nicolas JAROSZ – directeur de la vie étudiante CROUS de Reims.

« Après plusieurs années marquées par la COVID, les étudiants font leur rentrée dans des conditions difficiles. Ils sont tout autant concernés par cette baisse du pouvoir d’achat que le reste de la population, si ce n’est plus. Pour améliorer leur situation, plusieurs actions ont été mises en place, comme la revalorisation des bourses de 4%. À titre d’exemple, pour un boursier échelon 7, cela représente un gain de 229 euros / an, ce qui est significatif. Le repas en restaurant universitaire à 1 € pour les boursiers et le gel du tarif pour les autres étudiants à 3,30 € sont aussi prolongés pour toute la durée de l’année scolaire. Cela doit permettre à tous l’accès à un vrai repas en restaurant universitaire. Le gel des loyers dans les résidences du CROUS et l’aide exceptionnelle de 100 € qui devrait être versée à près de la moitié des étudiants complètent ce dispositif.

Le CROUS dispose également d’un service social au sein duquel des assistantes sociales accompagnent les étudiants se retrouvant confronter à des difficultés particulières. Elles vont pouvoir les orienter vers des structures, comme l’AGORAé (l’Épicerie solidaire étudiante), ou encore les aider à obtenir des aides ponctuelles.

La mise en place du guichet unique, jusqu’au 23 septembre, permet aussi aux étudiants d’être épaulés dans leurs démarches administratives. L’année dernière, plus de 1 700 étudiants étaient venus. Et nous organisons aussi depuis 4 ans, avec différents acteurs, un jobdating, qui permet aux étudiants de trouver des emplois adaptés à leurs contraintes. »

Le Crous, acteur incontournable

Il existe 26 Crous en France et 1 Cnous (Centre National des Œuvres Universitaires et Scolaires), c’est-à-dire un centre national et 26 centres régionaux, plus 40 antennes. Leur rôle est d’améliorer les conditions de vie et de travail des étudiants et ainsi de favoriser l’égalité d’accès et de réussite de tous dans l’enseignement supérieur. Ils gèrent les services de proximité qui améliorent les conditions de vie des étudiants. Leurs missions se déclinent en 5 thématiques :  les bourses sur critères sociaux et les aides sociales, le logement, la restauration universitaire, la culture et l’international. 

AGORAé, une épicerie solidaire dédiée aux étudiants.

Le siège social du Crous de l’académie est situé à Reims, et Châlons-en-Champagne possède sa propre antenne, composée de la Maison de l’étudiant (MDE), d’un restaurant universitaire et d’une résidence. La Maison de l’étudiant a pour mission principale d’accueillir les étudiants de Châlons-en-Champagne et de faciliter leur insertion au sein du campus universitaire.

Une épicerie solidaire pour les étudiants

On trouve deux AGORAé à Reims, sur les campus Croix-Rouge et Moulin de la Housse. Elles accueillent les étudiants rencontrant des difficultés, et proposent un espace pour échanger et trouver des conseils, ainsi qu’un espace épicerie accessible sur critères sociaux. Pour en bénéficier, il faut prendre contact avec l’une des assistantes sociales du CROUS ou de l’URCA.

Une multitude de formations accessibles

Cʼest la grande richesse de notre territoire, l’atout mis en avant par les étudiants : on recense ici une offre de formations diversifiée, de tous niveaux grâce à la pluralité des écoles présentes. On trouve effectivement des filières différentes, mais aussi des façons d’apprendre, des environnements multiples, afin que chacun puisse trouver le cursus qui lui convient. Formation initiale, alternance, apprentissage, parcours long ou plus court : les possibilités sont nombreuses. On note notamment la présence de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, du campus rémois de Sciences Po, de la NEOMA Business School ou encore de l’In&Ma à Châlons-en-Champagne. 

L’IFPS de Châlons propose une offre variée de formations aux métiers sanitaires et sociaux.

Les formations artistiques sont également bien représentées. L’École Supérieure d’Art et de Design de Reims (ESAD) propose diverses formations autour du design telles que : design et culinaire, design graphique et numérique, design objet et espace. Le Conservatoire à Rayonnement Régional concerne quant à lui plusieurs domaines que sont la danse, la musique et le théâtre. L’école du Comédien est une école de théâtre située à Reims pour s’initier aux fondamentaux du métier de l’acteur avec des artistes en activité, et pour préparer les concours des écoles supérieures d’art dramatiques. Enfin, à Châlons-en-Champagne, on trouve le Centre National des Arts du Cirque (CNAC), un établissement supérieur de formation et de recherche.

Des écoles pour tous les métiers

Les étudiants peuvent suivre différentes formations sur notre territoire. Le campus CESI Reims propose une large offre de parcours d’excellence dans les domaines de l’informatique et du numérique, du marketing digital, des ressources humaines, de la qualité sécurité environnement, de l’industrie et services, du BTP et du management. Le CNAM propose quant à lui des formations scientifiques et techniques, mais aussi du secteur tertiaire et des sciences humaines et sociales.  

Voir aussi

Marketing et communication : des cursus bien représentés par plusieurs établissements.

L’IRTS assure notamment la préparation aux Diplômes d’État du travail social pour les futurs professionnels ou ceux qui sont déjà en poste, contribue à la formation continue et supérieure des différents acteurs de l’intervention sociale.

Au cœur du centre-ville rémois, Campus Eductive Reims regroupe 8 écoles de Bac à Bac +5. Le campus MediaSchool Reims réunit quant à lui l’ECS, SupdeWeb et Green Management School, des formations de la 1ère à la 5e année post-bac. L’école Tunon propose des formations dans les domaines de l’événementiel, du tourisme, du luxe et de l’hôtellerie. 

Reims, attractive pour les étudiants ? 

Pour mieux comprendre l’attrait des jeunes pour la Cité des Sacres, la Communauté Urbaine du Grand Reims a commandé une grande enquête. Menée en début d’année, elle fut portée conjointement par la CUGR, l’Agence d’Urbanisme de Reims et l’ensemble des acteurs de la vie étudiante. Elle se base sur 1 810 retours, soit 5,5 % de la population estudiantine totale. Ses objectifs ? Recueillir les perceptions, les attentes et les besoins de la vie étudiante dans toutes ses dimensions pour nourrir les réflexions et mieux orienter la politique d’attractivité en faveur du public étudiant.

8 sondés sur 10 recommanderaient le territoire à un autre étudiant.

Que retenir de cette étude ? Le bon niveau de participation tout d’abord, et le fait que les étudiants sont prêts à devenir ambassadeurs de la ville : 8 sondés sur 10 recommanderaient le territoire à un autre étudiant, notamment pour son offre en enseignement supérieur. Car c’est vraiment ce qui caractérise le territoire : l’offre de formation. Les 2/3 apprécient également l’offre de loisirs, mais les tarifs et l’incompatibilité avec le rythme d’études restent des points négatifs. Autres points à améliorer relevés par l’étude : l’offre de logement et les transports. Enfin, ils sont 7 sur 10 à percevoir le territoire comme dynamique.

Des études, mais pas seulement

Notre territoire offre une belle richesse de formations, mais il permet aussi de découvrir d’autres voies. L’entrepreneuriat par exemple, avec des structures qui soutiennent les projets des étudiants. On peut citer le programme POTENTIEL, qui aide les étudiants et les jeunes diplômés de Champagne-Ardenne à se former à l’entrepreneuriat et les accompagne tout au long de leur parcours, de l’idée première jusqu’au financement du projet. Différentes écoles disposent de leurs propres réseaux et incubateurs pour aider les étudiants à développer leurs projets. D’autres structures, comme Innovact pour les projets innovants, peuvent également être contactées.

Et si c’est plutôt d’un petit job dont vous avez besoin, rendez-vous aux évènements dédiés au recrutement des étudiants, ou contactez l’URCA qui propose des petits boulots adaptés aux contraintes de la vie estudiantine.  

Trouver un petit boulot, la priorité pour beaucoup d’étudiants.

Il est aussi possible de s’engager auprès des associations en recherche de bénévoles. 

Sortir 

Sortir, bouger, danser… À vous de trouver votre lieu préféré.

Pas festives, nos villes ? Il y a pourtant de beaux endroits à découvrir, pour boire un verre, déjeuner, écouter de la bonne musique ou enflammer la piste de danse. Il suffit d’être un petit peu curieux, et à l’affût des bonnes adresses. De nombreux évènements éphémères sont aussi organisés régulièrement : une vague de dynamisme qui se soulève depuis quelque temps maintenant et qui nous apporte de belles découvertes. 

What's Your Reaction?
J'aime
0
Hmm
0
C'est fou
0
Top !
0
Wahou
0

News'mag © 2020. Réalisé par Hachetag - Agence de communication Reims

Retour en haut