Vous lisez actuellement
Cendrillon
Sombre Clair

Cendrillon

Conjuguant récits de vérité et imaginaire, les contes ne s’adressent pas qu’aux enfants. Cendrillon, spectacle de Joël Pommerat créé en 2011 en est un exemple.

Rencontrez les artistes à la fin de la représentation du jeudi 17 novembre.

« Ce qu’on appelle aujourd’hui des contes, ne sont pas destinés à l’origine aux enfants, Le Petit Chaperon rouge et Cendrillon sont des histoires qui à l’origine ne sont pas du tout « enfantines », si on ne les traite pas de façon simplifiée ou édulcorée » déclarait en 2011 l’auteur et metteur en scène Joël Pommerat au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles. Arguant que « les rapports entre les personnages peuvent être violents et produisent dans l’imaginaire des émotions qui ne sont pas du tout légères ». À la mort de sa mère, une très jeune fille se fait la promesse de ne jamais cesser de penser à elle plus de cinq minutes. Elle suit son père dans une maison de verre où les attend une nouvelle famille. Cette Cendrillon nous parle du deuil, du désir de vivre, du pouvoir de l’imagination et des mensonges des adultes. Avec une délicatesse qui n’exclut pas l’humour, Joël Pommerat aborde encore une fois les questions graves et vitales de toute enfance. « Dans la Cendrillon de Grimm, il y a une violence, une méchanceté, une noirceur, une perversité, une douleur que nous ne trouvons pas chez Perrault » met-il en balance en évoquant les deux conteurs.

Relecture originale

Ce n’est pas une histoire d’ascension sociale.

«Les deux sœurs de Cendrillon vont jusqu’à s’amputer d’un orteil pour l’une, d’un talon pour l’autre, afin de faire entrer leur pied dans la fameuse chaussure fabuleuse et d’épouser le prince. Il y a du sang, du mensonge, de l’opportunisme, des larmes. » Il associe « la cendre dans laquelle couche Cendrillon avant sa métamorphose lumineuse, » à la destruction, à la crémation, à l’ordure. 

Vous l’aurez compris, on est loin de la version de Walt-Disney. Cette Cendrillon ne raconte pas « une histoire d’ascension sociale conditionnée par une bonne moralité qui fait triompher de toutes les épreuves ou une histoire d’amour idéalisée. Mais plutôt une histoire qui parle du désir de vie, opposé à son absence. » Peut-être parce qu’enfant, Joël Pommerat aurait aimé qu’on lui parle de la mort. Aujourd’hui, il trouve intéressant d’essayer d’en parler aux enfants. Sa Cendrillon a connu plus de 400 représentations et obtenu de nombreuses récompenses dont le Molière de la création visuelle et celui du metteur en scène en 2018.
– Représentations jeudi 17/11 et vendredi 18/11 à 20 h 30, à partir de 10 ans. Vous pourrez rencontrer les artistes à l’issue du spectacle du 17/11.

What's Your Reaction?
Top !
0
Wahou
0
J'aime
0
Hmm
0
C'est fou
0

News'mag © 2020. Réalisé par Hachetag - Agence de communication Reims

Retour en haut