Vous lisez actuellement
L’abstraction joyeuse
Sombre Clair

L’abstraction joyeuse

Une 50e de dessins de Karl-Jean Longuet, en dialogue avec une 15e de ses sculptures issues des collections du Musée des Beaux-Arts, sont présentés au musée-hôtel Le Vergeur – Maison Hugues Krafft jusqu’au 3 mars.

Cette exposition est l’occasion de découvrir le parcours d’un artiste depuis ses débuts dans les années 20, jusqu’aux années 80 sur les thèmes du nu et du portrait, avec des œuvres en grande partie inédites. « Elle annonce une donation importante qui sera faite l’an prochain par les filles de l’artiste » souligne Marie-Hélène Montout-Richard, commissaire d’exposition et conservatrice en chef du Musée des Beaux-Arts. « Pour la première fois, des dessins rarement montrés feront face à des sculptures en terre cuite, marbre, plâtre, l’occasion de confronter les deux pratiques. » L’espace restreint, 90 m2, est scénographié dans un esprit d’atelier, mais permet de montrer la matérialité des œuvres et les techniques. « C’est un artiste dont les œuvres peuvent paraître difficiles à décrypter mais c’est justement dans cette mise en scène montrant son passage de la figuration à l’abstraction qu’elles se révèlent le mieux, sa palette s’enrichit dans ce parcours » remarque la commissaire. 

Marie-Hélène Montout-Richard, conservatrice en chef du Musée des Beaux-Arts. © ADAGP, Paris 2022 Musées de Reims.

Un nouveau monde

Femme au bras levé en pierre reconstituée 1948. © ADAGP, Paris 2022/MBA Reims
ph C.devlesschauwer.

Arrière petit-fils de l’auteur de « Le Capital », Karl Marx, Karl-Jean fait des rencontres décisives qui l’emmènent à créer des formes plus épurées à la limite de l’abstraction. « Simone Boisecq, sa future femme, modèle des formes primitives, décompose les formes, Brancusi qui y est passé maître, nourrissent ce changement de style. Karl-Jean Longuet va s’autoriser une simplification des formes et un intérêt pour des courbes avec des arêtes, des rythmes. Il ne cherche plus à reproduire la réalité mais à se l’approprier. » La deuxième partie de l’expo fait la part belle à la notion de nature et d’architecture. « Après les corps et les visages, ses créations graphiques ou sculptées prennent le pas avec l’idée et l’envie de construire un nouveau monde, une forme de joie, d’apporter du bien-être. » C’est un avant-goût de la place qui sera donnée à la sculpture au futur musée des Beaux-Arts rénové, attendu fin 2025, passant d’une 10e à une 100e d’œuvres de sculpteurs du 19ème siècle jusqu’au 20ème siècle. Les enfants ne sont pas oubliés avec un mur d’observation et d’expérimentation conçu pour eux, et un livret ludique de visite. Conférences, midis du musée, visites flash, ateliers, concerts, lectures sont aussi proposés sur place.
– musees-reims.fr/musees-reims.fr

What's Your Reaction?
Top !
0
Wahou
0
J'aime
0
Hmm
0
C'est fou
0

News'mag © 2020. Réalisé par Hachetag - Agence de communication Reims

Retour en haut