Vous lisez actuellement
Bienvenue chez soi

Bienvenue chez soi

Refuge, tanière, cocon ou simple lieu de passage où poser ses bagages quelque temps…  à nous d’imaginer le décor qui accompagne chaque moment de notre vie. 

Il a été uniquement fonctionnel, puis plus douillet, plus personnalisé, s’est doté d’une vraie identité. Aujourd’hui, en plus de leur côté réconfortant et accueillant, notre maison, notre appartement doivent remplir différentes missions. Nécessairement adaptables pour nous suivre dans les étapes successives de nos existences, ils doivent aussi répondre aux nouvelles problématiques écologiques et économiques. Notre logement, par la façon dont nous le transformons, devient plus stratégique que jamais. 

Pour se sentir bien chez soi, on soigne sa décoration.

Un endroit qui nous ressemble

Voir son habitation comme un cocon.

Depuis longtemps, la personnalisation de notre logement est une étape incontournable. Décoration, ameublement, œuvres d’art… nous sommes dépendants de cette équation complexe : suivre les tendances tout en disposant d’un intérieur unique. Car la maison se veut le reflet de notre personnalité. Quand nous invitons des proches ou des étrangers à y entrer, nous exposons alors nos goûts, nos préférences, c’est un peu – voire beaucoup – de nous que nous dévoilons. Voilà pourquoi nous prenons tant de soin à aménager, à décorer, pourquoi nous sommes séduits par les modèles en édition limitée ou les collections confidentielles. Ce qui émane de notre décoration nous permet d’affirmer haut et fort qui nous sommes.

Aujourd’hui cependant, l’habitat doit répondre à des enjeux plus stratégiques. Il doit tout d’abord accompagner nos changements de vie. Télétravail, sport à la maison, enfants qui grandissent, familles qui se recomposent… notre existence n’est pas linéaire et notre logement est obligé de s’adapter. Optimiser l’existant, être en mesure de moduler les espaces en un clin d’œil, transformer l’agencement simplement : nous voulons que notre intérieur suive le mouvement et même parfois l’anticipe. 

Mais ce n’est pas tout. Sensibilisés aux dommages que nous causons à notre planète, vigilants quant à notre consommation d’énergie, nous sommes de plus en plus nombreux à nous interroger sur un habitat moins énergivore. 

Un podcast pour transformer son logement en cocon ressourçant

Et si la maison, et son organisation du quotidien n’étaient plus un frein, mais un atout pour nos ambitions ? Maison Cocon est le podcast pour savoir comment mettre en place une organisation adaptée à son style de vie. Seule ou avec des invités, Isabelle Mandrea Condemine ouvre des pistes de réflexions, donne des outils pour transformer son logement en cocon ressourçant, résilient, et qu’il soit un véritable tremplin pour passer à une autre étape de sa vie.

Quel habitat dans le futur ? 

Comment va évoluer l’offre de logement dans les prochaines années ? Quelle « maison du futur » habiterons-nous en 2050 ? Plusieurs études ont été menées afin d’analyser les grandes tendances de l’habitat de demain. Différents scénarios sont imaginés, en lien avec les problématiques actuelles et à venir. Les enjeux climatiques, tout d’abord. C’est un constat évident depuis plusieurs années maintenant : notre impact sur l’environnement nuit à celui-ci, avec des conséquences qui semblent de plus en plus visibles au quotidien, aux quatre coins de notre planète. Avec la crise énergétique récente, les plus sceptiques ont aussi rejoint le mouvement : consommer moins est devenu une nécessité. Il faut alors agir sur nos comportements individuels par des gestes simples (baisser le chauffage, profiter des périodes dites d’heures creuses pour utiliser les appareils électriques, etc.). 

D’ici à 2050, près des trois quarts de la population mondiale vivront dans les villes.

Mais il est également possible d’intervenir sur la structure même de notre habitation. Il existe aujourd’hui différentes techniques pour optimiser l’isolation d’un logement, afin que celui-ci soit plus confortable été comme hiver. Rénover ses ouvrants (portes, fenêtres, volets), mais aussi repenser son mode de chauffage sont autant de pistes pour faire des économies et limiter notre impact sur l’environnement. Poêle à pellets, à bois, pompe à chaleur, panneaux photovoltaïques… les solutions sont multiples. 

Une conception raisonnée

L’habitat du futur sera, lui, résolument écologique. Sa conception sera pensée pour minimiser au maximum l’empreinte carbone. L’utilisation de matériaux naturels et renouvelables, tels que le bois, la paille ou le chanvre, va permettre de limiter l’impact environnemental tout en garantissant des logements sains et confortables. Certains spécialistes parient d’ores et déjà sur des matériaux innovants comme le ciment zéro carbone.

La maison du futur sera forcément écologique.

Vers l’autonomie énergétique

Parmi les solutions possibles, les panneaux solaires photovoltaïques. De plus en plus performants et abordables, ils offrent, couplés à des dispositifs de stockage innovants, une autonomie complète des habitations et une consommation électrique totalement verte. Selon plusieurs études de l’Agence internationale de l’énergie, les panneaux solaires pourraient représenter une source importante d’énergie en 2050. Ils permettraient à eux seuls de couvrir 26 % de la production à la surface du globe. Il existe aussi des éoliennes domestiques. Elles offrent la possibilité de produire de l’électricité utilisée directement pour les besoins de votre résidence, revendue via la signature d’un contrat avec un distributeur d’énergie. 

D’autres sources d’énergie sont envisageables, comme la géothermie (l’exploitation de la chaleur du sous-sol pour chauffer l’habitat), l’hydrogène vert ou encore l’énergie osmotique. Il s’agit d’une énergie marine, produite grâce à la réaction issue de la rencontre de l’eau douce des fleuves et de l’eau salée des mers. Quelle que soit la source d’énergie choisie, l’objectif est toujours le même : réduire au maximum son impact sur notre environnement, tout en bénéficiant d’un certain confort de vie. 

La France a pour objectif d’atteindre 33 % d’énergie renouvelable dans son mix énergétique d’ici 2030.

Les Énergies renouvelables pour les Nuls
Éric Scotto, Arnaud Leroy – Éditions First

Qu’appelle-t-on énergie renouvelable ? Comment fonctionnent le solaire, l’éolien, la biomasse, les énergies marines ? Quels sont les grands enjeux énergétiques d’aujourd’hui ? Alors que l’on prend conscience que nos modes de consommation et de production d’énergie menacent l’avenir de la planète, ces questions sont plus que jamais d’actualité, et méritent que l’on y réponde avec précision. Ce livre très complet vous aidera à y voir plus clair parmi les différentes sources d’énergie renouvelables, et à repenser votre propre consommation énergétique pour un futur décarboné.

Reverdir les villes pour dépolluer, rafraîchir, mais aussi produire des denrées.

Quels visages auront nos villes en 20250 ? 

L’enjeu écologique est un des premiers auxquels nous devons répondre dans la conception de nos villes de demain. En plus d’un habitat moins énergivore, il sera également nécessaire de refroidir les espaces urbains, c’est-à-dire de remplacer les îlots de chaleur par des îlots de verdure. Cette végétalisation est très prisée des citadins, qui aspirent à retrouver plus de nature au cœur de leur cité. En tête des motivations, la dépollution, mais aussi la production de denrées alimentaires. On trouve d’ailleurs de nombreux projets de fermes verticales dans les plans urbains futuristes. 

Habiter autrement, quand l’architecture libère la maison
Maryse Quinton, préface André Tavares – Éditions de La Martinière

Cet ouvrage propose d’explorer d’autres façons d’habiter, plus ouvertes, plus libres, plus permissives. Plus ou moins radicales, ces maisons, ou plutôt devrait-on dire ces lieux de vie, recourent à l’architecture pour habiter autrement. Ces réalisations ont choisi de sortir des organisations et morphologies traditionnelles, mais aussi des pièces classiques pour laisser place à l’indétermination. Le livre présente une vingtaine de maisons dans le monde en racontant leur histoire. 

10 milliards de personnes à caser

Évolution démographique et déplacement des populations vont bouleverser la physionomie des villes.

En plus du changement climatique, il va falloir composer avec l’évolution démographique. Selon l’ONU, la population mondiale devrait passer d’environ 8 milliards d’habitants à près de 10 milliards en 2050. De plus, les conséquences du réchauffement climatique pourraient pousser certaines populations à se déplacer pour rejoindre des pays où les conditions sont plus clémentes. 

Pour répondre à ces modifications démographiques, nous allons devoir nous adapter. Les experts prévoient ainsi que la maison du futur sera plus probablement un appartement du futur. Augmentation de la densité de population, reforestation, mais aussi optimisation des espaces : nos logements vont voir leur superficie se réduire.  

Toujours plus de vert

Si les jardins devraient voir leur taille se réduire drastiquement, la verdure ne serait pas pour autant absente. La nature devrait même être de plus en plus présente dans le cœur de nos villes, sous différentes formes. Toits et murs végétalisés, permaculture… la volonté de conserver un cadre de vie agréable devrait l’emporter face aux modèles de villes futuristes annoncés, comme ceux issus du projet Neom en Arabie Saoudite. Ce dernier, installé sur la mer Rouge, est composé de deux immeubles recouverts de miroirs, d’une hauteur de 500 mètres, s’étendant sur 170 kilomètres. Cette « ville » devrait pouvoir accueillir 9 millions d’habitants d’ici 2045. 

L’IA s’invite dans notre habitat.

L’innovation au service de la maison

Dans les logements du futur, les espaces seront certes réduits, mais les experts promettent que cela n’altérera pas le confort. Comment ?  Grâce aux innovations technologiques et à des maisons de plus en plus « intelligentes ». Le quotidien sera grandement simplifié, avec des solutions domotiques permettant tout d’abord une meilleure gestion de l’énergie. En réponse aux problématiques de diminution de notre consommation, les innovations sont nombreuses. L’éclairage s’adapte à l’intensité de la lumière, les volets s’ouvrent et se ferment en fonction de la température et de l’exposition au soleil, la mise en route du chauffage précède notre retour à la maison. À la clé, une optimisation de nos dépenses d’énergie, tout en conservant un niveau de confort identique. Des systèmes domotiques sophistiqués permettront aux habitants de contrôler tous les aspects de leur maison à partir de leur smartphone ou de leur voix, que ce soit la température, l’éclairage, les appareils électroménagers ou même la sécurité.

La tendance de la maison low-tech

La maison low-tech émerge également comme une option durable, mettant l’accent sur la simplicité et la sobriété. La maison connectée et la maison low-tech ne sont pas nécessairement deux concepts opposés et incompatibles. Par exemple, il sera envisageable d’adopter des approches de construction low-tech tout en intégrant la technologie pour améliorer l’efficacité énergétique du logement.

Le marché européen des maisons intelligentes devrait croître dans les années à venir.

L’IA envahit les foyers

Lʼintelligence artificielle (IA) deviendra un élément omniprésent dans les foyers du futur. Des assistants virtuels avancés seront intégrés dans chaque pièce, anticipant les besoins des occupants et fournissant des réponses personnalisées à leurs demandes. De nombreux objets seront connectés et pilotables grâce à une interface unique et simple. Il sera possible de déléguer de plus en plus de tâches à la maison elle-même : ouverture et fermeture de fenêtre, mise en route du chauffage, allumage du four… elle nous assistera pour chaque geste du quotidien. 

Elle pourra également intervenir dans la surveillance du bien-être des occupants. Avec les technologies de suivi de santé intégrées, une analyse pourra être effectuée, et des conseils personnalisés pour une vie plus saine seront disponibles.  

Un logement évolutif

Notre habitat doit pouvoir évoluer tout au long de notre vie.

Avec un nombre d’occupants qui augmente ou diminue, des habitudes qui changent, des capacités qui évoluent, notre logement peut vite devenir inadapté à notre quotidien. La première solution est de déménager, afin de trouver une maison ou un appartement nous convenant davantage. Cependant, beaucoup aimeraient éviter cette étape et rester dans leurs murs, sans renoncer à un environnement cohérent avec leur mode de vie. 

Avec les contraintes actuelles et futures, la clé pourrait être des logements évolutifs. Espaces modulables facilement et rapidement, importante flexibilité de l’aménagement intérieur… la maison doit pouvoir grandir avec les besoins et moyens de la famille. On peut donc imaginer des chambres dont la taille pourrait se modifier en fonction de l’âge des enfants, ou encore des extensions construites plus rapidement, à des coûts plus faibles, pour répondre à un besoin imminent, comme la nécessité d’avoir un bureau à la maison. 

Notre logement devrait ainsi pouvoir accueillir nos changements de vie, familiaux par exemple, avec des foyers qui se repensent et qui demandent plus ou moins d’espace. Entre l’accueil du petit dernier et le départ de la maison des grands, la physionomie de l’habitat doit pouvoir évoluer. 

Des transformations dans la vie professionnelle ont aussi un impact. Le recours de plus en plus fréquent au télétravail impose de pouvoir installer un vrai bureau, avec tout le confort nécessaire. Poser son ordinateur sur un coin de table au milieu de la salle à manger ne peut être que ponctuel. 

Travailler et profiter

Le télétravailleur a donc besoin d’un espace bien à lui ; et si les deux adultes de la famille pratiquent le télétravail, une place encore plus grande soit être dédiée à la sphère professionnelle. Quand on ne bénéficie pas d’une pièce vacante, il est possible d’opter pour du mobilier modulable, avec des bureaux qui se replient, se transforment, pour faire place nette dès la journée terminée. 

Le télétravail impose une nouvelle organisation de la maison.

Au-delà du travail à la maison, le besoin d’espace peut être lié à une activité de loisirs. Disposer d’un atelier où toutes les fournitures seront disponibles et où l’on pourra tranquillement se laisser aller à notre activité préférée séduit les artistes et les créateurs. Les sportifs peuvent aussi rêver d’une pièce dédiée à leur passion, équipée de tout le matériel nécessaire. Ils peuvent suivre leur séance de sport en visio ou s’entraîner en toute sérénité. Là encore, ces changements de comportement découlent directement de la pandémie et des différentes périodes de confinement subies. 

Pour d’autres, le besoin est ailleurs. On peut avoir envie d’un coin de la maison rien qu’à soi. Une pièce décorée sans compromis, meublée comme on le souhaite, où l’on peut se réfugier pour lire, écouter ou jour de la musique, ou tout simplement ne rien faire, mais ne rien faire en étant tranquille. Un cocon pour s’isoler du monde quand celui-ci devient trop agressif, pour se ressourcer et revenir en pleine forme. 

Rester à son domicile

En 2050, selon les prévisions de l’INSEE, un Français sur trois sera âgé de 60 ans ou plus. Il est alors nécessaire de voir son habitat s’adapter au vieillissement de ses habitants. Des travaux pourront par exemple être réalisés afin de rendre le logement plus sécurisé et conforme avec la perte d’autonomie des occupants. Cela peut être l’installation d’une douche italienne, de WC surélevés avec une barre d’appui, d’un monte-escalier électrique. Un éclairage à détection de mouvement permet également de diminuer le risque de chutes la nuit en déclenchant l’allumage automatique dès que la personne se déplace. Les extérieurs sont aussi concernés puisqu’il est possible de faire installer des volets roulants électriques avec commande centralisée ou encore une rampe d’accès. 

Faire évoluer son logement avec MaPrimeAdapt’ 

Une nouvelle aide unique est effective depuis le 1er janvier 2024 pour financer les travaux d’adaptation des logements : MaPrimeAdapt’. Sous conditions d’attribution, cette aide vise à simplifier les démarches et permettre aux personnes en situation de handicap ou en perte d’autonomie de rester vivre chez elle. Au-delà de faciliter le passage à l’acte des Français dans l’amélioration de leur cadre de vie, cette aide vise également à encourager les travaux préventifs des logements. Elle s’adresse aux personnes âgées de plus de 70 ans, quel que soit leur niveau de dépendance ou d’autonomie, aux personnes âgées de 60-69 ans en perte d’autonomie précoce et aux personnes en situation de handicap.

Le nombre de personnes âgées dépendantes atteindra 2,9 millions en 2027 et 3,9 millions en 2050.

Bien vieillir chez soi

La domotique offre de nombreuses possibilités afin de faciliter la vie des personnes en perte d’autonomie en automatisant plusieurs équipements du quotidien comme les appareils ménagers, l’éclairage, et le chauffage. Les robots d’assistance et les aides à la mobilité représentent aussi un grand pas en avant pour le soutien des seniors à domicile. Les serrures électroniques et les systèmes de sécurité connectés apportent une tranquillité d’esprit supplémentaire en assurant la sécurité sans compromettre l’indépendance.

Les objets connectés se révèlent également extrêmement utiles, notamment dans le domaine de la sécurité des personnes âgées à domicile. Les dispositifs de surveillance à distance et les systèmes d’alerte médicale jouent un rôle crucial. Parmi ces technologies, on retrouve des appareils tels que les détecteurs de chute, les systèmes d’alerte d’urgence et les moniteurs de santé connectés, qui permettent une réponse rapide en cas de nécessité. De plus, la télésurveillance médicale assure un suivi constant de l’état de santé, contribuant ainsi à la prévention des situations d’urgence. On trouve notamment des bracelets ou des montres connectées pour suivre le rythme cardiaque ou le nombre de pas, des applications mobiles pour le suivi de la tension artérielle et de la glycémie, des balances intelligentes pour surveiller le poids et l’indice de masse corporelle.

Bien chez soi, bien dans sa tête ou comment notre décor impacte notre bien-être.

Tendre cocon 

Les différentes études tendent à le démontrer : notre habitat, la façon dont il est décoré, aménagé a une influence sur notre humeur et sur notre bien-être. Pour certains spécialistes, notre demeure serait même le reflet de notre santé mentale. Elle renverrait ainsi de précieux signaux pour évaluer notre confort psychologique et identifier des troubles. L’intensité de l’éclairage, la place accordée à chaque occupant, l’ordre excessif ou le désordre, l’exposition d’œuvres d’art coûteuses, l’agencement des meubles… tout ceci peut donner lieu à interprétation. 

La façon dont nous investissons l’espace est aussi symptomatique. Est-ce que nous faisons des travaux, prenons-nous soin de la maison, rénovons ou à l’inverse laissons-nous tout en état ? Est-ce que nous changeons la décoration à chaque nouvelle tendance ou avons-nous le même décor depuis notre emménagement ? S’approprier notre logement évoque notre envie de nous installer ou, au contraire, affirme notre sentiment de n’être que de passage dans ces murs.

Ma Maison me soigne
Franck Dupuy – Éditions Eyrolles

Grâce à ce livre, vous comprendrez comment la décoration de votre intérieur agit sur vos émotions et ce que vous pouvez changer chez vous pour vous sentir mieux. En effet, l’aménagement de l’habitat est un art complexe, capable d’avoir une action directe sur nos comportements. Plus de quinze années de recherches, des centaines de visites de foyers et des rencontres avec de nombreux spécialistes, médecins, chercheurs, artistes et psychologues ont permis à Franck Dupuy de mettre au point une méthode de décoration d’intérieur unique qui procure bien-être, confiance et motivation sur la durée, pour aller enfin à la rencontre de vos aspirations profondes.

Miser sur la lumière

La luminosité est bien souvent un des critères dans une recherche de maison ou d’appartement. Et pour cause : la lumière joue un rôle crucial dans notre façon de percevoir et de ressentir notre espace. Elle impacte considérablement notre santé mentale, notre productivité et notre qualité de vie. Des études ont notamment montré que l’exposition à la lumière naturelle peut aider à réguler notre horloge interne, à améliorer notre moral et à réduire les sentiments de dépression et d’anxiété. Si nous en sommes privés, nous pouvons éprouver une sensation de fatigue, une baisse de motivation et d’énergie. 

L’orientation des pièces va donc être très importante, mais aussi les ouvertures sur l’extérieur, afin de pouvoir faire entrer le plus de lumière possible, tout au long de la journée. On privilégiera des rideaux légers et des couleurs claires sur les murs pour toujours plus de clarté. Il faudra également s’assurer que des meubles aux teintes foncées, trop imposants, ne gênent pas l’entrée de la lumière. 

Pour la lumière artificielle, il faudra choisir judicieusement les sources et les adapter à la configuration et à l’utilisation de chaque pièce. L’éclairage d’une chambre sera ainsi différent de celui d’un bureau, d’un salon ou d’une cuisine. 

La Magie de la lumière
Sandy Rousson, Raphaële Vidaling – Éditions Hoebeke

Il est à la portée de chacun de s’emparer de cette baguette magique qu’est la lumière afin d’offrir à une ampoule nue une parure de papier de soie, d’écorce d’arbre, de tulle, de fleurs séchées, de plumes, de plâtre ou de dentelle. Cet ouvrage contient plus de 50 projets créatifs faciles à reproduire pour le plaisir de fabriquer soi-même lampes, guirlandes, photophores et autres jeux de transparence.

Quelles tendances pour les luminaires ? 

L’éclairage permet de créer une atmosphère chaleureuse et accueillante, tout en mettant en valeur les éléments clés de notre espace de vie. 

L’une des tendances les plus marquantes de cette année est le retour en force des luminaires minimalistes et épurés. Inspirés par le design scandinave et japonais, ces pièces se distinguent par leurs lignes simples et leur esthétique minimaliste, apportant une touche de modernité et d’élégance à n’importe quel espace. Que ce soient des suspensions épurées au-dessus d’une table à manger ou des lampes de sol discrètes dans un coin salon, elles ajoutent une touche de sophistication à notre intérieur.

Des suspensions aériennes pour sublimer une salle à manger.

Les luminaires écologiques sont également très populaires, en lien avec la prise de conscience croissante de l’importance de réduire notre empreinte environnementale. Les ampoules LED à faible consommation d’énergie dominent le marché, offrant une alternative durable et économique aux ampoules traditionnelles. De plus, les luminaires fabriqués à partir de matériaux recyclés ou écologiques, tels que le bambou ou le verre recyclé, sont de plus en plus présents dans nos intérieurs, proposant une option respectueuse de l’environnement sans compromis sur le style. 

Les luminaires intelligents continuent, quant à eux, de révolutionner notre façon d’illuminer nos espaces de vie. Grâce aux avancées technologiques, il est désormais possible de contrôler l’éclairage de notre maison à partir de notre smartphone ou de notre assistant vocal. Les différents modèles peuvent s’adapter automatiquement aux préférences d’éclairage de chaque individu, offrant une expérience personnalisée et confortable à tout moment de la journée.

Toujours plus de couleurs

Dans le monde du design d’intérieur, les couleurs tiennent une place essentielle pour créer une atmosphère unique et accueillante dans nos espaces de vie. Au-delà de leur simple esthétique, elles ont le pouvoir de susciter des émotions, d’influencer notre humeur et même d’améliorer notre bien-être général. 

Chaque couleur a sa signification spécifique et son propre impact affectif. Par exemple, les tons chauds comme le rouge, l’orange et le jaune sont souvent associés à la chaleur, à l’énergie et à la convivialité. Ils peuvent être parfaits pour dynamiser un espace de vie et créer une atmosphère accueillante dans les pièces sociales telles que le salon ou la salle à manger.

Pantone a annoncé la couleur 2024 : le Peach Fuzz, une douce teinte pêche rappelant confort et sérénité.

D’un autre côté, les tons froids comme le bleu, le vert et le violet sont en général rattachés à la tranquillité, à la sérénité et à la relaxation. Ces teintes peuvent être idéales pour les chambres à coucher ou les espaces de détente, où l’on cherche à favoriser le repos et le bien-être. Les nuances de vert sont, quant à elles, souvent utilisées dans les espaces de travail pour stimuler la concentration et la productivité.

Des teintes qui font du bien

Certaines couleurs présentent des bienfaits bien spécifiques. Par exemple, le bleu est connu pour ses propriétés apaisantes et relaxantes, ce qui en fait un choix populaire pour les chambres à coucher et les salles de bains. Le jaune, quant à lui, est souvent associé à la joie, à l’optimisme et à l’énergie ; c’est donc une option idéale pour les espaces de vie et les cuisines.

Le bleu est une des couleurs plébiscitées pour une chambre à coucher apaisée.

Mais au-delà des significations culturelles et psychologiques, les couleurs peuvent également avoir un impact physique sur notre bien-être. Par exemple, les tons clairs et lumineux peuvent aider à maximiser la lumière naturelle dans un espace, ce qui peut avoir des effets positifs sur notre humeur et notre mental. Les couleurs plus sombres peuvent, quant à elles, créer un sentiment d’intimité et de confort dans les espaces plus grands et plus ouverts.

Choisir les bonnes couleurs en décoration est un élément essentiel pour concevoir un espace de vie qui nous ressemble. Que vous recherchiez la tranquillité et la sérénité ou que vous préfériez une ambiance plus dynamique et énergique, il existe une multitude d’options pour repenser votre intérieur.

Angoissés à l’idée de manier les couleurs ? Peur du résultat final ? Les décorateurs d’intérieur sont là pour vous épauler et mettre à votre disposition leur vision et leur talent. Pour un réaménagement complet ou juste pour apporter un petit coup de frais à une pièce, leur expertise permet de faire les bons choix et de transformer un intérieur banal en véritable pépite.

Bien agencer ses espaces

Que l’on soit adepte du maximalisme ou du minimalisme, l’organisation spatiale est un autre élément crucial pour se sentir bien chez soi. Un espace bien agencé et dégagé peut favoriser la clarté mentale et la productivité, tandis qu’un environnement encombré risque d’engendrer du stress et de la confusion. En choisissant soigneusement l’emplacement de chaque objet – canapé, table, lit, chaises, etc. – vous pouvez créer un habitat qui facilite la circulation et qui invite à la détente, à la concentration, à la convivialité. Il est important d’imaginer son intérieur en différents espaces avec chacun une tonalité propre, déterminée en fonction de vos besoins. 

L’importance du décor

La décoration est importante chez soi, mais pas seulement. Bénéficier d’un environnement de travail, d’apprentissage agréable, réconfortant et/ou motivant est une vraie clé du bien-être au quotidien. On prend plaisir à se rendre au bureau, on est plus détendu et plus efficace. Certains lieux qui peuvent paraître anxiogènes, comme les centres médicaux et les cabinets praticiens, peuvent atténuer cette sensation grâce à une décoration adaptée. 

Voir aussi

Quand la déco réchauffe

Redonner de la couleur, de la chaleur dans un lieu qui accueille des personnes en difficulté, c’est la mission entreprise par cinq architectes et décoratrices, basées à Reims, Châlons-en-Champagne et Épernay. Elles mettent ainsi à la disposition de l’association Le Creuset, leur expertise. L’objectif ? Repenser l’aménagement de l’espace d’accueil.

Stéphanie Leclère, Christel Dubois, Estelle Jubelin, Séverine Corre et Alexandra Storath s’engagent aux côtés de l’Association Le Creuset.

Stéphanie Leclère, Christel Dubois, Estelle Jubelin, Séverine Corre et Alexandra Storath, toutes membres de l’UFDI (Union Francophone des Décorateurs et Architectes d’Intérieur), mobilisent depuis quelques semaines leur créativité, leur talent et leur bonne humeur pour mener à bien ce projet. Et pour compléter l’équipe, elles sont à la recherche de partenaires, d’artisans, de fournisseurs pour les soutenir, les accompagner, s’engager à leurs côtés dans cette démarche totalement bénévole. 

Stéphanie LECLÈRE – Décoratrice d’intérieur – déléguée régionale
de l’UFDI

« Cette année, l’UDFI nous a confié un budget pour notre communication. Avec mes consœurs, nous souhaitions donner plus sens à notre action. Nous avons alors imaginé une démarche qui nous permettrait d’apporter notre savoir-faire à une association. En accord avec l’UFDI, nous avons étudié la faisabilité de plusieurs projets et la rencontre avec Karine Bour, directrice de l’Espace Le Creuset à Reims a été comme une évidence. Cette association me touche, nous touche toutes particulièrement, et nous avons envie de nous impliquer pour repenser l’aménagement de leur espace d’accueil. L’idée est de concevoir une décoration chaleureuse, conviviale, tout en tenant compte des contraintes du lieu. C’est un beau challenge professionnel et humain : c’est la première fois que nous travaillons ainsi toutes les cinq, et nous allons aussi pouvoir intégrer les parents qui le souhaiteraient dans la réalisation. Une belle dynamique est en train de se créer autour de ce projet. »

Qu’est-ce que l’Espace Rencontre Le Creuset ?

Il s’agit d’un lieu d’accueil neutre situé à Reims, dont l’objectif est de maintenir, rétablir et faciliter les liens entre l’enfant et sa famille. Cet espace s’adresse à toute situation où les relations enfants-parents sont interrompues, difficiles ou trop conflictuelles et pour laquelle il n’y a pas d’autre alternative. Les accueillants sont des professionnels, à l’écoute des parents et des enfants. 

Suivre les règles

Se lancer dans le projet de redécorer son habitat peut en angoisser certains. Pour les plus cartésiens, différentes règles sont proposées afin de réussir à associer couleurs, matières, volumes, etc. Il y a par exemple la règle de 3. Le principe ? Intégrer à son intérieur des objets, des teintes ou des textures par trois. Concrètement, on va positionner trois luminaires au-dessus de la table de la salle à manger au lieu d’un seul lustre, des trios de coussins sur le canapé ou le lit, trois petites tables basses à la place d’une grande. Pour les couleurs, on privilégie une palette chromatique de trois coloris, pas plus : 60 % pour la tonalité générale qui définit l’ambiance, 30 % pour le gros mobilier ou le textile et les 10 % restant pour les petits objets. 

Les objets se déclinent en triptyque.

La règle du 80/20 doit, elle aussi, apporter des repères pour imaginer un nouveau décor. Elle est préconisée notamment pour celles et ceux qui souhaitent limiter leurs dépenses. Elle s’inspire de la loi Pareto développée par l’économiste Vilfredo Pareto en 1896. Le principe est simple : 80 % des résultats proviennent de 20 % des causes, c’est-à-dire qu’un petit pourcentage génère le plus grand effet. Elle s’applique à différents domaines, au monde du travail, de l’entreprise, aux finances comme à l’univers de la déco. En s’appuyant sur cette règle, on priorise nos dépenses tout en obtenant une décoration harmonieuse. 

Comment appliquer la règle du 80/20

Pour rester dans la tendance sans dépenser tout son budget dans la décoration de son appartement ou de sa maison, on opte donc pour le 80/20, soit 80 % pour des pièces intemporelles, de qualité, que l’on va conserver longtemps, et 20 % pour les objets, les accessoires qui suivent la tendance du moment. Les premières vont concerner notamment le mobilier qui sera plus difficile à changer, comme le fauteuil, le canapé, la table de la salle à manger, l’armoire… Notre choix se portera sur des éléments classiques, dans des tons neutres, et surtout des matériaux de qualité. 

Investir dans des pièces fortes et les twister avec des objets tendances.

Plaids, coussins, vases, cadres et affiches, bougies… vont venir réveiller tout ça pour donner une identité forte à votre intérieur. Des objets plus marqués, que l’on va pouvoir remplacer rapidement et simplement lorsque nous serons lassés. 

Déco responsable

Fait soi-même, seconde main, filière durable… la décoration se veut plus responsable et moins impactant. Il est aujourd’hui facile de se procurer de nouveaux objets, mais aussi des accessoires ou du matériel, à moindre coût. Déstockage, occasion, vente entre particuliers, il existe de nombreuses manières de soigner son habitat de façon plus intelligente.

Se repérer dans les différents styles

Minimaliste, scandinave, japandi, rustique, moderne, provençal, contemporain, bohème… les tendances se suivent et … se ressemblent quand même un peu. La bonne nouvelle, c’est que nous avons aujourd’hui tout un panel de styles à notre disposition pour choisir celui qui nous convient le mieux. Les plus audacieux iront jusqu’à en mixer plusieurs, avec plus ou moins d’harmonie. 

Le style cottagecore s’adopte pleinement, sans pour autant tomber dans le cliché de La petite maison dans la prairie.

Mais quelles sont les inspirations du moment ? Il y a tout d’abord le « Cottagecore ». Mélange de motifs floraux, de teintes terreuses et d’éléments rustiques, cette esthétique se caractérise par la célébration d’une vie à la campagne largement idéalisée, avec travail de la terre, légumes du potager, vaisselle vintage, cuisine de mamie, chapeaux de paille et robes dignes du dressing de Laura Ingalls. Ce style met en avant les produits faits main, les objets vintage, l’artisanat… Un retour à l’essentiel, à un mode de vie plus lent, moins effréné et moins connecté. Les clins d’œil aux années passées sont nombreux, avec une palette de couleurs douces et pastels, des motifs fleuris, Vichy, des matières brutes et naturelles, de la vaisselle dépareillée et du mobilier patiné par les années. 

Le minimalisme toujours présent, mais pas seulement

Même si la tendance maximalisme, accumulation, leur fait de la concurrence, tous les styles liés au minimalisme – scandinave, japandi, etc. – séduisent toujours autant. Des intérieurs soignés, des lignes épurées, des éléments élégants pour un habitat apaisé et tout en douceur.

Allongés ou rebondis, avec anses ou déstructurés, les vases se présentent sans fleurs pour être mis en valeur.

Mais celles et ceux qui trouvent ce décor trop froid préfèreront laisser entrer plus de créativité et de fun dans leur foyer. Les meubles et les objets adoptent des formes originales, les couleurs franches sont plus présentes, l’art se confond avec la déco. Les accessoires kitsch se multiplient, tout comme les pièces vintage qui nous permettent de personnaliser toujours plus notre décoration. 

Les seventies sont également très appréciées. Les codes de ces années iconiques se retrouvent dans les propositions actuelles, comme les couleurs – vert, orange, marron – mais aussi les meubles aux angles qui s’arrondissent et le plastique qui s’impose à nouveau. 

Le New Rustic à l’honneur

Que traduit cette tendance déco ? Un besoin pressent de retour aux sources du design pour mieux les revisiter. Elle renvoie à deux mouvances ; l’essor de l’esthétique japandi tout d’abord – mix entre hygge et wabi-sabi – et l’incitation au slow design. On va alors privilégier les matières naturelles dont le rotin, l’osier ou le bois, les matériaux recyclés, les produits issus de l’artisanat, l’upcycling, le surcyclage et la seconde main. 

Le salon de l’Habitat et des métiers d’art à Châlons

Il se tiendra du 15 au 18 mars au Capitole de Châlons-en-Champagne. Ce salon regroupe en réalité plusieurs espaces : l’habitat-construction-rénovation, l’ameublement-la décoration et les métiers d’art, la transition énergétique, l’immobilier et les véhicules d’occasion. 

Les visiteurs trouvent en un même endroit tout ou presque pour construire, rénover et aménager leur habitat : du gros œuvre de la décoration, en passant par le jardin, les loisirs et la piscine.

Rendez-vous du 15 au 18 mars à Châlons pour le Salon de l’Habitat et des métiers d’art.

Quel que soit le projet envisagé pour votre logement, vous y rencontrerez les bons interlocuteurs. Vous voulez améliorer l’isolation de votre habitat, consommer moins et faire des économies ? De nombreuses solutions existent pour optimiser vos dépenses en énergie. Pour changer quelques équipements ou modifier des éléments importants de votre maison ou de votre appartement, les professionnels du secteur seront présents afin de vous renseigner sur les dispositifs actuels, vous conseiller sur vos questionnements et vous proposer les dernières innovations. 

Un pôle sera entièrement dédié aux problématiques de la transition énergétique telles que : la rénovation thermique, la valorisation des végétaux à destination de la filière bâtiment ou encore la formation aux nouveaux métiers. 

Décoration, ameublement et immobilier

Il sera aussi question de décoration et d’ameublement, avec des dizaines d’exposants présents durant ces quelques jours. L’occasion de découvrir les dernières tendances, de trouver l’inspiration, mais aussi d’aller à la rencontre des artisans et artisans d’art. Vous pourrez admirer leurs créations, et également apprendre à connaître leurs disciplines et assister à quelques démonstrations.  

Des spécialistes de l’immobilier seront présents sur ce salon, afin de conseiller les visiteurs qui souhaitent acquérir ou vendre un bien, que ce soit une habitation principale, une résidence secondaire ou un investissement locatif. Dans un marché qui se tend, le plus important est de pouvoir s’appuyer sur des experts pour nous guider. 

Un pôle dédié aux seniors

Le Campus Seniors, déjà présent à la Foire de Châlons, prendra aussi ses quartiers lors de ce Salon de l’Habitat. Conçu pour permettre au plus grand nombre, notamment aux familles et aux aidants, de s’informer et de découvrir des solutions innovantes, il est organisé en partenariat avec la Préfecture de la Marne, le CCAS et le Conseil Départemental de la Marne.

L’objectif cette année est de mettre en avant la prévention en matière de santé et routière. Des animations sur les stands et en dehors, ainsi que la mise en valeur de services et de produits destinés aux seniors et à leurs aidants sont au programme, dans une ambiance ludique et festive.

La nature tient son salon

Le salon Tendance Nature est devenu un rendez-vous incontournable du printemps rémois. Il réunit les fans de jardin, les amateurs de tourisme responsable, celles et ceux qui recherchent des solutions de mobilité dite verte. Mais cet évènement fait aussi la part belle à l’écohabitat. 

Les 22, 23 et 24 mars au Parc des expositions de Reims, chacun pourra découvrir différents exposants, dont une multitude d’artisans passionnés. Une occasion unique de trouver l’inspiration pour profiter d’un habitat plus sain et de rencontrer des professionnels ingénieux, toujours prêts à nous accompagner dans nos démarches vers un logement plus durable et raisonné. Le pôle artisanat local et responsable permettra notamment à chacun de dénicher des objets de décoration singuliers. 

La 25e édition du salon Tendance Nature se tiendra du 22 au 24 mars 2024. © JB Delerue.

Au cours de ces trois journées, de nombreuses animations sont également prévues. Ce salon s’adresse à toute la famille : du plus petit au plus grand. Les organisateurs l’ont imaginé comme l’opportunité pour tous de passer un moment convivial et décontracté, en flânant de stand en stand ou en profitant des activités proposées. Au programme de ce week-end : un parcours d’accrobranche, un parcours de mini-golf, des démonstrations de vannerie d’osier, une conférence autour du bien-être… Des ateliers Be-vegetal, sont également prévus, avec de nouvelles thématiques : kokedama, lactofermentation, céramique…. Des jeux en bois seront à la disposition de tous, permettant de (re)découvrir d’autres façons de s’amuser en famille. Deux fermes pédagogiques feront le bonheur des enfants, toujours aussi enthousiastes à l’idée d’observer les animaux. À noter, la présence du tri-truck du Grand Reims.

What's Your Reaction?
Top !
0
Wahou
0
J'aime
0
Hmm
0
C'est fou
0

News'mag © 2020. Réalisé par Hachetag - Agence de communication Reims

Retour en haut